Articles

Affichage des articles du mars, 2022

Antarctique. Olivier Bleys

Image
 Les rencontres inattendues peuvent réserver d’excellentes surprises. Je suis tombée sur le livre d’Olivier Bleys en furetant sur le site Internet de Gallimard. Pourtant, on ne peut pas dire que le roman était mis en avant par l’éditeur. Le titre évoque, pour moi, tout un univers en un seul mot. Dans les faits, il s’agit d’un huis clos dont l’intrigue est le plus souvent confinée en intérieur. Mais peu importe si le désert de neige se défile pendant les ¾ du roman car l’auteur nous régale d’un humour féroce. En effet, le lecteur se rend vite compte que l’expédition à laquelle il s’attendait a tourné court depuis longtemps. Les « volontaires » condamnés à rester sur place sont loin de vivre une fabuleuse aventure ou de mener de passionnantes recherches scientifiques. La plupart du matériel est cassé ou obsolète depuis des mois. L’émulation sportive ou intellectuelle a fait place à l’apathie collective et l’alcoolisation de haute compétition.  Pour reprendre les choses depuis le début, s

Je vote ! Mark Shulman & Serge Bloch

Image
  Alors ? Prêts pour les prochaines élections ? Vous, peut-être, mais les enfants, eux, se demandent sans doute à quoi peut bien rimer toute cette agitation. Le vote, la démocratie, la république… autant de concepts compliqués ces jeunes citoyens. Comment leur expliquer ces notions avec des mots simples, des exemples qui leur parlent et leur permettent de se projeter ? Je vote ! le livre de Mark Shulman (scénario) & Serge Bloch (illustrations), vous retira sans doute une épine du pied.  Cet album illustré et plein d’humour, s’adresse aux enfants de 6 à 9 ans. S’inspirant de situations de la vie quotidienne, les auteurs expliquent, pas à pas, la citoyenneté aux jeunes lecteurs. Décider de manger une glace plutôt qu’un oignon, par exemple, c’est déjà un vote. Mais certains choix s’avèrent plus difficiles que d’autres. Préfères-tu déguster une glace ou un gâteau ? Difficile de se prononcer pour l’une ou l’autre option, n’est-ce pas ? Il faut alors évaluer les différentes possibilités

La bête. Frank Pé & Zidrou

Image
 Tout le monde connait l’animal imaginaire créé par André Franquin en 1952 ? Mais si, vous savez, le Masipulami, ce drôle de singe jaune avec une queue démesurée ! Originaire de Palombie (un pays fictif d’Amérique du Sud), il a fait ses premiers pas dans Spirou et Fantasio, avant d’avoir sa propre série et même sa maison d’édition personnelle (Marsu Productions). Frank Pé, l’illustrateur de la fameuse série Zoo a décidé de lui redonner vie avec l’aide du scénariste Benoît Drousie, dit Zidrou. Néanmoins, les auteurs ont bien précisé que leur bestiole ne ressemblerait pas tout à fait au « Marsupilamus franquini ». Il ne s’agit donc pas d’un spin-off ou d’une préquelle. Leur univers est très différent de celui de Franquin, plus réaliste et plus noir aussi.  Nous sommes en novembre 1955. Un cargo accoste dans le port d’Anvers. Sa cale est un véritable cimetière animalier. Le capitaine explique à ses employeurs que l’équipage a été retardé par de nombreuses avaries. L’eau et la nourriture o

Avec la permission de Gandhi. Abir Mukherjee

Image
  Au risque de vous décevoir, sachez qu’on ne croisera pas le Mahatma Gandhi dans ce roman mais plusieurs de ses disciples aux prises avec le colonisateur britannique. Nous sommes en décembre 1921 et Calcutta s’apprête à recevoir le Prince de Galles. La police impériale est sur les charbons ardents et les partisans du satyāgraha (la résistance à l'oppression par la désobéissance civile de masse) compte bien profiter de l’occasion. Si l'ahiṃsā (non-violence) est la seule arme des manifestants, les autorités craignent néanmoins des débordements. Or, c’est dans ce contexte que survient une série de meurtres particulièrement violents. Le capitaine de police opiomane, Sam Wyndham, et son sergent, l’enquêteur d’origine bengalie, Sat Banerjee, se lancent donc à la poursuite de ce dangereux meurtrier qui pourrait bien déstabiliser le Raj britannique en cette période troublée. Leur enquête va rapidement établir que l’origine de ses crimes sanglants a un rapport avec la Grande Guerre. Sa

Blue Lock, T.1. Yusuke Nomura & Muneyuki Kaneshiro

Image
  Blue Lock est une bande dessinée dédiée aux champions de foot en herbe. Il s’agit plus précisément d’un Shônen, c’est-à-dire un manga pour enfants et adolescents (à partir de 12 ans pour celui-ci), dont 7 tomes ont déjà été traduits à ce jour (sur 18 en version originale). Foot + manga, c’est le combo gagnant pour séduire les jeunes lecteurs… qui ne demandent qu’à s’identifier aux héros. C’est d’ailleurs l’objectif annoncé des auteurs de la série. Chez nous, on n’échappe pas à la «foot-manga-mania» et quelqu’un m’a été soufflé un compte-rendu très enthousiaste.  Le manga nous conduit au lendemain de la coupe du monde de 2018. L’Union japonaise de football a décidé de changer de stratégie et de se donner toutes les chances pour la prochaine compétition en 2022. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’organisme sportif ne lésine pas sur les moyens mis en œuvre. En effet, un centre de formation révolutionnaire voit le jour, sous la houlette de la directrice Anri Teieri et de l’entraîne

Dictionnaire insolite de la Corée du Sud. Cédric du Boisbaudry

Image
  En lisant le titre, la première question qui vient à l’esprit est : à quoi tient le caractère insolite de cet ouvrage ? Tout d’abord, le format de l’opus est plutôt inhabituel pour un dictionnaire. Il ne s’agit pas d’un pavé encyclopédique mais d’un élégant livret de 160 pages. On peut l’utiliser comme un manuel usuel et y piocher ponctuellement quelques définitions au hasard. Néanmoins, sa brièveté permet aussi de le lire d’une traite, comme un roman. On peut enfin le glisser dans sa poche et l’utiliser en complément d’un guide de voyage. Par ailleurs, le contenu de ce dictionnaire a,  certes, de quoi étonner le lecteur hexagonal non initié aux us et coutumes du Pays du Matin Calme… tout comme les pratiques et le mode de pensée Français surprennent à coup sûr ceux qui y sont étrangers… mais ne boudons pas notre plaisir car ce livre est en effet plein de surprises et très plaisant à lire. Il est de notoriété que la moitié de la population coréenne est dotée du patronyme Kim, Park ou

Les confins. Eliott de Gastines

Image
 On ne sait pas grand-chose d’Eliott de Gastines dont c’est ici le premier roman. Néanmoins, il nous apprend, dans une note à la fin du livre, qu’il est le petit fils d’un exploitant touristique de la station de ski de La Clusaz en Haute-Savoie. Il a donc eu vent des Plans Neige successifs (1964-1977) dont l’objectif était de démocratiser l’accès aux sports d’hiver avec l’aménagement de stations touristiques « intégrées ». Celles-ci ont été créées à l’image des villes nouvelles, avec une organisation rationnelle (zoning) et des grands ensembles… un eldorado pour les uns, l’expropriation systématique des terres pour les autres et des stations de ski peu respectueuses de l’environnement naturel pour le tourisme de masse des trente glorieuses. Eliott de Gastines a emprunté, pour le titre de son roman, le nom d’un lieu-dit qui surplombe la fameuse station de La Clusaz. Il s’est également inspiré de la toponymie du massif des Aravis et de la Haute Tarentaise pour le décor. Le contexte étant

Les voyages d’Ulysse. Lepage, Michel & Follet

Image
 C’est à un beau voyage, inspiré de L’Odyssée d’Homère, auquel nous convient Emmanuel Lepage et ses complices (Sophie Michel au scénario et René Follet pour une partie des illustrations). En effet, ce roman graphique est une véritable épopée artistique, qui nous donne à voir des illustrations à la manière des « Marines » d’un Vernet ou d’un Turner, mais aussi des scènes de la mythologie grecque, dans une ambiance teintée d’Orientalisme. Les vignettes sépia alternent ainsi avec des dessins pleine-page, les planches sombres et les dessins teintés d’ocre et d’orangé. Bref, voilà une bande dessinée qui nous incite à penser que le 9ème art porte bien son nom ! Et l’intrigue dans tout ça ?  L’album s’ouvre sur une série de planches semblant mêler deux époques distinctes avec, dans les phylactères, des citations tirées du prologue de l’Odyssée. Deux scènes se jouent en parallèle : le naufrage d’Ulysse sur son radeau de fortune et l’incendie d’une maison dont on ignore encore tout. Néanmoins

Pluie. Ng Kim Chew

Image
 L’auteur de Pluie a été récompensé par le Prix Emile Guimet qui lui a été remis lors d’une cérémonie à l'occasion Des Nuits de la Lecture, le 20 janvier 2022. Il est également le récipiendaire du Grand Prix du Salon du Livre de Taipei et du prix Trépied de la Littérature. Trois bonnes raisons, il me semble, de choisir cet ouvrage parmi la multitude qui se distingue durant cette période de l’année. Par ailleurs, les hasards du calendrier éditorial font que La traversée des sangliers de Zhang Guixing était disponible en Français à la même période. Il m’a semblé intéressant de pouvoir comparée ces deux œuvres taïwanaises qui ont pour décor la Malaisie. Et je dois dire que je suis surprise par l’inventivité de la littérature sinophone.  La forme narrative de Pluie a de quoi déstabiliser son lecteur. Peut-on qualifier ce livre de recueil de nouvelles ? Pour Ng Kim Chew, il s’agit plutôt d’une succession de tableaux, comme autant de versions d’une intrigue possible avec des personnag

Abandonner un chat. Haruki Murakami

Image
  Avant toute chose, sachez qu’aucun animal n’a vraiment été abandonné ni blessé (du moins, pour ce qu’on en sait). Si Haruki Murakami nous raconte cette anecdote, c’est d’abord parce que la tentative d’abandon du chat sur la plage de Koroen a échoué… au grand soulagement de l’auteur. En revanche, l’histoire fait écho à d’autres abandons, des douleurs et des blessures, dont les humains se sortent moins bien que le fameux félin qui avait retrouvé son chemin jusqu’à la maison de ses maîtres.  Comme l’indique le sous-titre, l’écrivain japonais évoque ici des souvenirs de son père, Chiaki Murakami. En réalité, il s’agit surtout de fragments de souvenirs, complétés par les recherches de l’auteur sur la période militaire de son père. Il nous raconte comment Chiaki Murakami, issu d’une fratrie de 6 garçons, a été confié à un prêtre de la région de Nara, par lequel il aurait dû être adopté et formé à la charge de prieur. Cela ne s’est pas passé ainsi. Pour des raisons mystérieuses (en tout cas