La longue marche des éléphants. Dumontheuil & Troubs

La longue marche des éléphants. Dumontheuil & Troubs


En 2015, le Centre de conservation des éléphants, à Sayaboury au Laos, organisait un périple de 500 km à travers le pays pour mobiliser l’opinion publique internationale. Il s’agissait aussi de sensibiliser la population locale à la nécessité de protéger l’animal, son écosystème, mais aussi le patrimoine culturel et les pratiques ancestrales qui lui sont liée. 

Le pachyderme a longtemps été le symbole du pays (il a figuré sur le drapeau laotien jusqu’en 1975). L’animal vivait en parfaite symbiose avec les paysans, qui l’utilisaient pour des tâches quotidiennes légères comme le transport du riz ou du bois de chauffe. Mais depuis une vingtaine d’années, les éléphants sont surexploités. Ils travaillent de longues heures sur les chantiers de bûcheronnage et n’arrivent plus à se reproduire. L’expansion humaine et le tourisme, la déforestation du pays, le braconnage, le trafic de l’ivoire et les abus en tous genres ont eu un impact très négatif sur la population animale. Aujourd’hui le "Pays des millions d’éléphants", en compte moins d’un millier. Le savoir faire des Cornacs se perd et les hommes deviennent de plus en plus violents avec les pachydermes. 


La longue marche des éléphants. Dumontheuil & Troubs. P12-13

Dans ce contexte, le directeur du Centre de conservation, Sébastien Duffillot, a demandé à deux auteurs de bande dessinée de suivre la caravane depuis Paklay, son point de départ, jusqu’à Luang Probang, sa destination finale, en passant par Sayaboury et Hongsa. La procession des éléphants était accompagnée par le personnel de l’ONG mais aussi (petite surprise) par la troupe du Royal de Luxe. Il faut dire que l’ambiance était à la fête puisque la ville de Luang Pradang célébrait son 20ème anniversaire au classement du patrimoine mondial de l’Unesco. C’était l’occasion rêvée pour interpeller les officiels au sujet du patrimoine naturel du Laos, sa biodiversité et ses éléphants en danger de disparition.

Cet album est donc le résultat d’un travail à quatre mains. Son originalité tient au fait que chaque partie de l’album reflète la sensibilité d’un seul illustrateur.  Nicolas Dumontheuil est arrivé en même temps que l’équipe de tournage et a suivi tout le trajet de la caravane à pied. Son récit, en première partie de la bande dessinée, se focalise donc sur cette expérience. Jean-Marc Troubet (alias Troubs) les a rejoints à la toute fin du voyage. Son témoignage, dans la seconde partie de l’album, se concentre sur le travail de préservation quotidien du Centre de conservation des éléphants à Sayaboury.  


La longue marche des éléphants. Dumontheuil & Troubs. P62-63

Bien sûr l’objectif de cette bande dessinée est avant tout pédagogique. Néanmoins, les auteurs nous offrent des témoignages très personnels, qui suscitent beaucoup d’émotions et d’empathie envers les éléphants. Les animaux, comme les hommes qui s’en occupent (les Cornacs et l’équipe de l’ONG), ne sont pas des individus anonymes. Par ailleurs, dans les villages traversés, on peut sentir l’affection des populations pour les pachydermes.

J’ai eu envie de savoir évidemment comment la situation avait évolué pour les éléphants du Laos depuis la campagne de 2015. J’ai trouvé ces informations sur le site du Centre de conservation des éléphants et j’ai pu constater que de nouveaux animaux ont rejoint le refuge. Chacun possède sa carte d’identité avec son nom, son âge et son histoire. L’association accueille aujourd’hui 34 éléphants domestiques et 50 éléphants sauvages sur le territoire de la réserve, soit 6000 hectares de forêts protégées. Le sujet est très sensible et une autre BD est paru sur le même thème : Un Million d’éléphants de Jean-Luc Cornette et Vanyda (Futuropolis, 2017).

💪J'ai lu cet album dans le cadre du Challenge dédié à l'Asie du Sud-Est chez Sunalee. 

📌La longue marche des éléphants. Nicolas Dumontheuil et Troubs. Futuropolis, 88 pages (2017)


Littératures d'Asie du Sud-Est




Commentaires

Miss Sunalee a dit…
Oh, intéressant comme sujet de bd ! C'est vrai que pour le Laos, il n'y a pas beaucoup d'auteurs locaux traduits et il faut se tourner vers d'autres choses. Merci pour ta participation, une fois de plus !
Audrey a dit…
Etant sensible à la cause animale et ne connaissant rien au sort des éléphants dans ce pays, je note sans hésiter cette BD.
Kathel a dit…
C'est une bonne idée, cette BD pour le challenge chez Sunalee. A voir s'il est à la médiathèque !
La petite liste a dit…
Moi aussi, j'aime les BD. J'ai des périodes... On fait des choses vraiment intéressantes dans ce domaine.
Ingannmic, a dit…
Tu trouves toujours des propositions originales, quelle que soit la thématique proposée ! Chapeau...
Thaïs a dit…
Je trouve le sujet vraiment intéressant mais lorsque j’ai compris que c’était une BD, ce n’est pas pour moi. J’ai horreur de ce support (j’ignore pourquoi)
eimelle a dit…
un sujet qui m'intéresse aussi!
luocine a dit…
c'est un beau sujet et l'éléphant se prête bien au dessin
Sacha a dit…
Oh, j'ignorais cette terrible situation des éléphants au Laos! Heureusement qu'il y a des centres de conservation et des passionnés qui s'en occupent. Ce doit être un déchirement aussi pour la population de perdre ce lien avec cet animal si incroyable et avec un savoir-faire ancestral. Bref, j'ai hâte de lire cette BD pour en savoir plus.
Aifelle a dit…
Ma bibliothèque ne l'a pas, c'est dommage. Par contre, elle en a d'autres de Nicolas Dumontheuil qui ont l'air intéressantes. Je vais regarder de plus près.
je lis je blogue a dit…
J'avais repéré le roman de Loo Hui Phang ("L'imprudence") qui est assez court mais ma bibliothèque ne l'a pas et j'ai déjà lu "Le K ne se prononce pas" de Souvankham Thammavongsa. Cela dit, je ne regrette pas du tout d'avoir choisi cet album.
je lis je blogue a dit…
Dans ce cas, ça te devrait te plaire. J'ai été très émue d'apprendre qu'il restait si peu d'éléphants au Laos. J'ai vu aussi un documentaire assez dur sur la manière dont on les fait travailler de nos jours. ça fait vraiment mal au cœur.
je lis je blogue a dit…
C'est une bande dessinée qui m'a beaucoup touchée. J'ai été contente de voir que Centre de conservation des éléphants poursuit son travail et semble avoir plus de moyens qu'en 2015.
je lis je blogue a dit…
Tout à fait d'accord. On trouve des perles dans toutes les thématiques imaginables.
je lis je blogue a dit…
Merci beaucoup. ça me fait vraiment plaisir. Comme tu le sais, j'ai beaucoup apprécié la thématique sur les Minorités ethniques et je commence à trouver quelques livres intéressants sur le monde du travail. Le sujet proposé par Sunalee me parle aussi beaucoup (j'ai une certaine fascination pour l'Asie).
je lis je blogue a dit…
Ah oui, c'est vrai, je m'en souviens. J'imagine que ce thème doit être traité sur d'autres supports (peut-être des essais). J'ai lu aussi un roman d'Ariane Bois ("L'amour au temps des éléphants") qui s'inspire d'un horrible fait divers : la pendaison d'une éléphante, aux Etats-Unis.
je lis je blogue a dit…
La BD de Jean-Luc Cornette et Vanyda, sur le même sujet, semble intéressante aussi
je lis je blogue a dit…
Je ne sais plus si c'est dans l'introduction ou au début de l'histoire mais Nicolas Dumontheuil explique qu'il a eu beaucoup de mal à dessiner les éléphants puisqu'ils étaient toujours en mouvement. Durant les escales et le temps de repos, les animaux étaient éloignés des humains, dans la nature.
je lis je blogue a dit…
La chasse, le travail, la guerre, l'expérimentation... l'homme exploite les animaux de tant de façons et avec tellement de brutalité ! Il ya beaucoup à dire et à faire.
je lis je blogue a dit…
C'est un témoignage nécessaire mais aussi captivant et très émouvant. Avant de lire cette BD, j'ignorais aussi tout de la situation des éléphants au Laos. ça fait vraiment réfléchir.
Miss Sunalee a dit…
J'ai tenté de lire L'imprudence mais j'ai abandonné, j'ai trouvé l'héroïne irritante (elle ne pense qu'au sexe et m'a semblé hautaine). L'autre est passionnant !
Fanja a dit…
Tiens, c'est drôle, cette BD fait aussi partie de mes projets de lecture pour le challenge de Sunalee depuis le temps que je devais la lire.^^ Je l'avais repérée à l'époque chez Jérôme : https://litterature-a-blog.blogspot.com/2017/05/la-longue-marche-des-elephants-troubs.html J'ai repéré d'autres BD entre temps donc peut-être que celle-ci attendra encore un peu.
je lis je blogue a dit…
Il y a des chances pour que ça m'agace aussi. Par contre, comme toi, j'ai beaucoup apprécié "le K...".
je lis je blogue a dit…
Merci pour le lien. J'ai l'impression que tu puisses pas mal d'idées chez Jérôme. D'ailleurs, il a chroniqué récemment une BD qui pourrait intéresser Ingrid pour la thématique sur le travail :
https://litterature-a-blog.blogspot.com/2024/02/le-chantier-fabien-grolleau-et-clement.html
Sandrine a dit…
Cette BD n'est malheureusement pas à la médiathèque. Merci pour le lien vers le centre de conservation des éléphants : très intéressant.
manou a dit…
Dommage que ma médiathèque ne l'aie pas...le sujet m'intéressait beaucoup et je n'achète que peu de livres et jamais de BD à présent. Je vais tout de même la noter sur mon pense-bête sur Babelio on sait jamais...
Eva a dit…
Un sujet original et très intéressant, les illustrations me plaisent beaucoup. À voir s’il est disponible à la bibliothèque.
je lis je blogue a dit…
Ils ont l'air de faire un travail remarquable
je lis je blogue a dit…
Sur le même thème, il y a "Un Million d’éléphants" de Jean-Luc Cornette et Vanyda
je lis je blogue a dit…
Il y a vraiment deux styles très différents, c'est très intéressant
Géraldine a dit…
Un sujet qui me touche, un ouvrage qui me tente évidemment. J'ai eu l'occasion de visiter un centre similaire, bien que plus petit, au Sri Lanka. Si je tombe sur cet album à la médiathèque, je le lirai ;)
je lis je blogue a dit…
Les deux parties sont très différentes mais aussi passionnantes l'une que l'autre
dasola a dit…
Bonjour Je lis je blogue, je sens que je vais avoir la larme à l'oeil si je lis cette BD car j'adore les éléphants qui sont des animaux très intelligents. Comment peut-on être cruels avec eux? Bonne journée.
je lis je blogue a dit…
Malheureusement, c'est toujours une histoire de profit.
Electra a dit…
ce livre me parle, ayant passé un été dans un refuge pour animaux sauvages (dont les éléphants) en Thaïlande - même combat avec surtout les touristes qui font des balades sur leur dos et les condamnent à une morte lente sans le savoir ... Bref, je l'ai noté
je lis je blogue a dit…
Je suis admirative. J'ai l'impression que tu as beaucoup voyagé et tenté beaucoup d'expériences intéressantes

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus