Inconnu à cette adresse. Kathrine Kressmann Taylor

Inconnu à cette adresse. Kathrine Kressmann Taylor


💪Je profite de l’activité organisée autour du roman épistolaire par les auteurs des blogs Et si on bouquinait un peu et Madame lit pour lire enfin ce texte devenu un classique de la littérature mondiale. Bien que l’ouvrage existe en format de poche chez J’ai Lu, je recommande la version éditée par les éditions Autrement qui présente plusieurs documents complémentaires au texte (la novella elle-même ne compte qu’une soixantaine de pages). Une partie de ces éléments retracent l’histoire du manuscrit, depuis son écriture en 1935, puis sa première publication dans le magazine américain Story magazine en 1938 et, enfin, sa redécouverte en France à la fin des années 90. Il y a également une belle préface de Philippe Claudel que je suggère de lire après le roman pour conserver le mystère de l’intrigue. 

Max Eisenstein et Martin Schulse sont amis et associés. Ils possèdent une galerie d’art à San Francisco qui marche plutôt bien. En 1932, Martin décide de retourner vivre à Munich avec sa femme et ses enfants. Max, qui est célibataire, continuera de gérer seul leur affaire commune. Les deux hommes restent en contact et s’échangent des lettres. A travers ses courriers, le lecteur voit leur relation évoluer. Il faut dire que le contexte politique ne favorise pas les liens d’amitié entre juifs et Allemands. Ainsi, Martin se laisse-t-il séduire par l’idéologie nazie et fait savoir à son ex-camarade qu’il ne souhaite plus entretenir d’autres relations que professionnelles. Max est d’abord persuadé que son ami ment pour se préserver des repressions. Leur correspondance se poursuit néanmoins jusqu’en mars 1934 et prend une tournure de plus en plus dangereuse. 

Ce court roman, que je qualifie de novella, n’a pas usurpé son succès. Je comprends l’enthousiasme qu’il a suscité. L’intrigue est brillamment construite et s’inscrit très bien dans le genre épistolaire. On est surpris par la clairvoyance de l’autrice. Certes, certains éléments étaient forcément connus, comme la situation économique de l’Allemagne, l’incendie du Reichstag ou la nomination de Goebbels au ministère de la Propagande et de l’information. En revanche, on peut se demander comment une Américaine a pu être si précisément informée de la chasse aux sorcières contre les communistes et surtout des persécutions à l’encontre des juifs. Un début de réponse nous est fourni dans les textes complémentaires mais cela n’explique pas l’aveuglement européen sur les mêmes questions.

L’ouvrage de Kathrine Kressmann Taylor est désormais disponible dans la collection Etonnants Classiques chez Flammarion Jeunesse. L’éditeur le recommande aux jeunes lecteurs à partir de 14 ans. Pour ma part, je suggère de lire en parallèle L'ami retrouvé de Fred Uhlman (Folio Junior, 128 pages, rééd. 2014) qui s’adresse aux enfants de 11 à 14 ans. 

📌Inconnu à cette adresse. Kathrine Kressmann Taylor. Autrement, 192 pages (2018)



Commentaires

keisha a dit…
Je n'ai pas oublié cette lecture, mais je devrais bien le relire, je n'ai plus que es détails assez flous. Un lecture étonnante, en effet.
Sacha a dit…
Très beau texte en effet, et si lucide. J'en ai vu une très belle adaptation au théâtre il y a très longtemps, c'était tout aussi bouleversant.
Ingannmic, a dit…
Très bonne idée de titre pour les lectures de l'Holocauste, aussi ! Je note.
je lis je blogue a dit…
oui, c'est un ouvrage marquant
je lis je blogue a dit…
C'est vrai. Si tu ne l'as pas lu, c'est une excellente occasion
je lis je blogue a dit…
Effectivement, j'ai vu sur Internet que l'ouvrage avait été adapté plusieurs fois au théâtre. On peut voir la pièce de François Chevet en intégralité sur youtube : Ici
Madame lit a dit…
Je ne connaissais pas du tout... Je note ta participation! Merci!
je lis je blogue a dit…
Merci Madame !
Anonyme a dit…
Je l'ai vu adapté au théâtre, le texte s'y prête bien, et magistralementinterprété. Une pièce forte !
je lis je blogue a dit…
Effectivement, dans ce type de pièce, je pense que le travail des acteurs est essentiel.
tadloiducine a dit…
Lu il y a quelques années, dans une édition "basique" (mais j'avais dû chercher des infos via wikip...). Mais avec une nouvelle de 60 pages, même avec un gros "dossier documentaire", le volume n'est pas excessivement épais... Kressmann Taylor a écrit quelques autres oeuvres, même si cette nouvelle est celle qui est aujourd'hui la plus connue.
(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola
Agnès a dit…
Je l'ai lu il y a bien longtemps. la première lecture m'avait enthousiasmée, j'avais trouvé la fin jubilatoire. A la relecture, j'ai été un peu déçue. En ce qui concerne les jeunes lecteurs j'ai eu l'occasion de constater à plusieurs reprises qu'ils ne comprenaient pas toujours bien la chute. Certains plaignent même ce pauvre Martin. Un comble !
je lis je blogue a dit…
C'est vrai qu'on parle rarement de ses autres livres. Apparemment, 6 titres sont parus en Français aux éditions Autrement puis en format poche (pas tous) chez J'ai Lu
je lis je blogue a dit…
Je ne suis pas surprise. Le texte me semblait un peu difficile pour des adolescents.
Fanja a dit…
Lu il y a très longtemps mais j'en garde encore un souvenir fort !
je lis je blogue a dit…
Ce roman fait partie des livres qui marquent
dasola a dit…
Bonsoir, cette nouvelle épistolaire a eu en effet son heure de gloire sur les blogs. C'est amplement mérité. C'est étonnant comme avec des mots, tout est dit. Bonne soirée.
je lis je blogue a dit…
Oui, j'ai été bluffée par la clairvoyance de la romancière. Le roman est percutant.

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus