Nos mondes perdus. Marion Montaigne

 Nos mondes perdus. Marion Montaigne


Je découvre Marion Montaigne grâce à ce gros album et c’est un énorme coup de cœur. L’autrice, qui est à la fois scénariste et dessinatrice, s’intéresse à l’histoire des sciences… mais à sa manière un peu décalée. D’ailleurs, cette BD serait née de sa fascination un peu morbide pour Jurassic Park, le film de science-fiction de Steven Spielberg (qu’elle a vu plusieurs centaines de fois) et un penchant tout aussi singulier pour le dessin anatomique.

Nos mondes perdus n’est pas la première incursion de Marion Montaigne dans le genre. Si elle a débuté sa carrière d’illustratrice dans l’édition pour la jeunesse, elle s’est rapidement fait un nom dans le domaine de la vulgarisation scientifique. Certains connaissent peut-être son blog créé en 2008, Tu mourras moins bête (…mais tu mourras quand même). Les strips diffusés en ligne ont ensuite été réunis dans une série d’albums et publiés par Ankama Éditions (à partir de 2011) puis Delcourt (dès 2014). En 2016 et 2017, la dessinatrice a suivi le spationaute français Thomas Pesquet dans la préparation de la mission Proxima puis durant sa réadaptation à la vie terrestre. Elle a en a tiré une BD reportage intitulée Dans la combi de Thomas Pesquet (Dargaud, 2017).


Nos mondes perdus. Marion Montaigne. P36-37


Nos mondes perdus compte plus de 200 pages et l’ensemble est d’autant plus dense que l’illustratrice a favorisé les planches avec de petits dessins humoristiques assez détaillés. En dépit de cette apparence un peu foutraque, l’album s’appuie sur des recherches très pointues en paléontologie, en biologie et en historiographie. Le choix du média permet au lecteur de suivre parallèlement l’élaboration de la bande dessinée puisque l’autrice se met en scène dans ses dessins. 

Au commencement, nous rappelle Marion Montaigne, il y a la théorie créationniste. C’est donc un religieux (un archevêque irlandais en fait) qui, le premier, a eût l’idée de calculer l’âge de la terre. Il s’appelle James Ussher (1581-1656) et il s’appuie sur les données chronologiques de la Genèse dans la Bible. Il place ainsi très précisément la date de naissance de notre planète au 23 octobre de l'an 4004 av. J.-C. Le résultat semble validé par l’ensemble de la communauté chrétienne et il faut attendre les insolantes théories du comte de Buffon (1707-1788) pour voir l’âge canonique de notre planète remis en question. Sa méthode s’appuyait sur des hypothèses plus scientifiques évidemment. Dans un premier temps, le naturaliste français l’estime à 74 047 ans. Bien que ses calculs soient faux, ils contribuent à faire progresser les connaissances en la matière. Dans les années 1950, Clair Patterson estime finalement que la Terre s’est formée il y a 4,567 milliards d’années. Mais, avant que cette grande question soit réglée, d’autres controverses naturalistes sont nées autour des fossiles, puis des animaux et de la flore préhistoriques. 


Nos mondes perdus. Marion Montaigne. P156-157


Marion Montaigne montre l’évolution des sciences (y compris ses erreurs et ses reculs), les rivalités de ses représentants (dont les égos sont souvent démesurés), les tentatives de faire coller les découvertes officielles aux doctrines religieuses, les mensonges, les chausses trappes, etc. Elle nous apprend (ou nous rappelle) qui a inventé le mot dinosaure. Elle nous parle de personnages réels mais méconnus comme les Américains Edward Drinker Cope (1840-1897) et Othniel Charles Marsh (1830-1899). On croise encore bien d’autres célébrités comme l’anatomiste Georges Cuvier et même le troisième président des États-Unis, Thomas Jefferson. Tout cela, sous le divertissant patronage de Sigmund Freund. Bref, on ne s’ennuie jamais, bien au contraire.  

J’ai admiré la rigueur de l’autrice qui va, par exemple, jusqu’à dénicher un guide d'exposition du Crystal Palace de 1854 pour savoir si le mégalosaure de Richard Owen avait une bosse ou pas. J’ai surtout beaucoup apprécié ses traits d’humour. Certains passages sont même franchement hilarants.

Nos mondes perdus est une invitation à la découverte, une occasion de susciter la curiosité chez les jeunes et les moins jeunes. L’ouvrage ne s’adresse pas aux enfants mais à un public assez large quand même. 

📚Un autre avis que le mien chez Fanja

📌Nos mondes perdus. Marion Montaigne. Dargaud, 208 pages (2023)


Commentaires

keisha a dit…
J'avais beaucoup aimé Dans la combi de T P.
je lis je blogue a dit…
Dans ce cas, je pense que cet album te plaira
Sandrine a dit…
J'ai feuilleté le Thomas Pesquet mais je ne suis vraiment pas fan du gars, par contre ce volume-là me tente beaucoup.
Nathalie a dit…
On me l’a offert à Noël et je vais bientôt le commencer.
Electra a dit…
je vais voir si je peux l'emprunter à la bibliothèque, je la connais mais je ne l'ai jamais lue
Sacha a dit…
J'ai adoré Dans la combi de T.P. qui m'a fait beaucoup rire, et j'aime énormément les adaptations en animation de Tu mourras moins bête (avec la voix de François Morel) qu'on trouve sur Arte.tv. Le sujet des dinosaures ne me tentait pas plus que cela, mais je vois que le thème est en réalité plus large. Je ne bouderai donc pas mon plaisir.
je lis je blogue a dit…
Franchement, je me suis régalée. J'adore l'humour de Marion Montaigne et on voit qu'elle a fait des recherches sérieuses. Bref, on apprend en s'amusant
je lis je blogue a dit…
Je suis curieuse de découvrir ton avis
je lis je blogue a dit…
Si l'album est dispo à la Bibli, n'hésite pas à l'emprunter. C'est une pépite
je lis je blogue a dit…
oui, en effet, le thème est plus large. Il est aussi question de biologie, de géologie, etc. Je ne savais pas qu'il y avait des adaptations avec la voix de François Morel. Il faut que je trouve ça.
Fanja a dit…
J'adore Marion Montaigne (son humour... 😆), je ne pouvais pas passer à côté de son dernier paru. Comme tu le sais (enfin, si tu t'en souviens^^), je l'ai lu quasi en LC avec toi.;) Mon billet est à venir, je ne sais pas encore quand. Bon, je spoile, ce n'est pas mon préféré des ses albums, mais j'ai tout de même passé un bon moment de lecture.
je lis je blogue a dit…
oui, je me souviens très bien qu'on le lisait quasi en même temps. D'ailleurs, je crois que nous avons une autre LC surprise. Je viens de terminer le roman graphique de Sonny Liew. Il me semble avoir vu chez Miss Sunalee qu'il était dans ta liste. Sinon, j'ai hâte de lire ton billet et de découvrir quel album de Montaigne tu as préféré.

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus