Le bruit de la lumière. Katharina Hagena

Le bruit de la lumière. Katharina Hagena


Je cherchais un ouvrage à lire dans le cadre des Feuilles allemandes organisées par Livrescapades et Et si on bouquinait, quand je suis tombée sur celui-ci sur les "étagères numériques" de ma bibliothèque de quartier. Je me suis souvenue que Katharina Hagena avait rencontré un certain succès avec Le Goût des pépins de pomme (Anne Carrière, 2011) et j’ai pensé que c’était l’occasion de découvrir cette autrice à travers un roman plus récent. Autant le dire tout de suite, je suis ressortie assez mitigée de cette lecture.

Le titre du livre fait référence aux aurores boréales mais tout commence dans le cabinet d’un neurologue à Hambourg. Cinq patients sont présents dans la salle d’attente, en plus de la narratrice. Comme bien souvent dans ce cas, les regards des uns croisent ceux des autres personnes, puis se posent sur la décoration, les éventuels tableaux aux murs, les magazines sur la table basse, etc.   La narratrice, qui s’ennuie beaucoup et qui ne manque pas d’imagination, utilise ces différents éléments pour créer un canevas d’histoires fictives dont les principaux protagonistes sont les patients qui partagent ce huis clos involontaire.

L’idée de départ de cet ouvrage, une sorte de variation autour de thèmes et d’objets récurrents, est plutôt séduisante et les deux premières histoires m’ont captivée. Je salue aussi la prestation consistant à aborder des sujets aussi variés que le deuil, la maladie, l’écologie ou les minorités ethniques du Nord-Ouest canadiens (comme les Dénés), et se mettre parallèlement dans la tête de personnages très différents dont certains sont atteints de pathologies complexes comme le syndrome d’Asperger ou la maladie d’Alzheimer. Malheureusement il m’a semblé que l’exercice tournait rapidement au devoir d’atelier d’écriture. J’ai décroché à partir de la troisième histoire, que j’ai trouvé bien trop longue, et je n’ai pas réussi à entrer dans les suivantes. J’ai terminé l’ouvrage en diagonale même en sachant que des indices concernant la véritable personnalité de la narratrice et la raison de sa consultation chez un neurologue étaient cachés dans les textes. 

Le bruit de la lumière. Katharina Hagena. Le livre de Poche, 288 pages (2020)


Feuilles allemandes


Commentaires

  1. C'est drôle mais la couverture m'en évoquait une autre et ça a fait tilt quand tu as mentionné Le Goût des pépins de pomme. Je n'avais pas été très tentée à l'époque et j'avoue qu'à la lecture de ton billet, là non plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage car le début semblait prometteur

      Supprimer
  2. J'avais aimé "le goût des pépins de pomme", moins le suivant ; celui-ci ne me tente pas et encore moins avec ton avis mitigé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je finirais par lire "Le goût des pépins de pomme". J'hésite un peu.

      Supprimer
  3. Les fameux pépins, j'ai abandonné! ^_^

    RépondreSupprimer
  4. J'ai lu et apprécié "Le goût des pépins de pomme" mais j'avoue que celui-ci me tente moins. Dommage que les feuilles allemandes se terminent pour toi sur une lecture mitigée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'en faut plus pour me détourner de la littérature allemande. J'ai repéré d'autres auteurs intéressants.

      Supprimer
    2. Je suis rassurée! :-)

      Supprimer
  5. J'avais bien aimé Le goût des pépins de pomme, mais sans plus. ce que tu dis de ce roman ne me tente pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma rencontre avec cette autrice n'est pas complètement ratée. Je ferais peut-être une autre tentative si je trouve le temps.

      Supprimer
  6. thaïs28.11.23

    Tu ne donnes pas vraiment envie de le lire. Mais l’idée de cette construction est assez séduisante.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'idée de départ me plaisait bien aussi. Dommage que la suite soit décevante (enfin ce n'est qu'un avis).

      Supprimer
  7. En voilà un qui va rester dans ses rayons, en tout cas moi je ne chercherai pas à l’y enlever.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le choix ne manque pas et la vie est trop courte !

      Supprimer
  8. Hedwige28.11.23

    Ce n’est pas très attirant en effet, et puis comment peut-on ainsi s’ennuyer dans une salle d’attente sans même avoir son livre avec soi  ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Le goût des pépins de pomme était un petit roman sympa, mais pas très marquant. Dans mon souvenir, la construction n'était pas aussi artificielle qu'elle semble l'être ici. Mais il y a heureusement bien d'autres auteurs germanophones plus intéressants :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On sait bien que certains auteurs se vendent beaucoup mais n'ont pas bonne presse et vice-versa. Pour les plus connus, j'essaie parfois de me faire une opinion (bon, je n'ai pas toujours le courage...).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le déclin de l'empire Whiting. Richard Russo

La maison allemande. Annette Hess

Perspective(s). Laurent Binet

Veiller sur elle. Jean-Baptiste Andrea

Supermarché. José Falero