La petite-fille. Bernhard Schlink

La petite-fille. Bernhard Schlink


Je me suis interrogée un petit moment sur la meilleure façon de présenter cet ouvrage car je ne voulais pas dévoiler un pan trop important de l’intrigue. Et puis j’ai pensé, qu’après tout, la quatrième de couverture en dit déjà beaucoup… mais elle reste factuelle. Or, la profondeur de ce roman doit beaucoup à l’habilité de Bernhard Schlink pour l’analyse historique et sa capacité à décortiquer la psyché de ses personnages. 

La petite-fille (avec le trait d’union qui marque le lien de parenté) dont il est question s’appelle Sigrun, elle a 14 ans et elle vit dans une communauté Völkisch sur le territoire de l’ancienne RDA. Elle apparaît finalement assez tard dans le roman parce qu’elle est le fruit d’une histoire familiale compliquée. Cette adolescente, élevée dans un milieu néonazi prônant le paganisme et les thèses racistes s’est trouvée de singuliers héros comme Rudolf Hess, "le dauphin d’Hitler" ou Irma Grese "l’hyène d’Auschwitz". Le narrateur, Kaspar Wettner, est son grand-père par alliance. Il a découvert l’existence de Sigrun après la mort de son épouse Birgit. Le couple s’était rencontré en 1965 à Berlin Est, à l’occasion d’un échange culturel entre jeunes Allemands des deux bords. Birgit laisse un livre inachevé dévoilant, qu’avant de passer à l’Ouest pour rejoindre Kaspar, elle a abandonné un enfant, né d’une relation illégitime avec un cadre du parti. Cette révélation explique peut-être la difficulté de Birgit à trouver sa place de l’autre côté du mur puis la dépression profonde qui l’a plongée dans l’alcoolisme. 

« Il était au courant de ses dépressions depuis des années. Il avait sans cesse voulu l’envoyer chez un thérapeute ou chez un psychiatre ; il avait des amis qui avaient calmé leurs dépressions en suivant des thérapies ou les avaient bloquées en prenant des cachets. Mais elle n’avait pas voulu. Elle prétendait qu’elle n’était pas en dépression, que la dépression ça n’existait pas. Il y avait des gens mélancoliques, il y en avait toujours eu, c’était son cas. Elle ne voulait pas se laisser transformer en quelqu’un d’autre à coups de médicaments. Que tout le monde doive être équilibré et fiable, c’était une aberration de la modernité. Et de fait, même lorsqu’elle n’était pas déprimée, elle était plus réfléchie, plus sérieuse, plus triste que d’autres. Non qu’elle fût incapable de rire d’un fait ou d’une remarque amusante. »

Kaspar, qui a toujours été un mari délicat et compréhensif, encaisse tant bien que mal ces révélations et surtout le fait que son épouse lui ait caché tout un pan de sa vie. Après quelques semaines d’hébétude, il décide de mener les recherches filiales que sa femme n’a jamais osées ou voulues entreprendre. Une vieille carte postale le met sur la piste de Paula, une amie d’enfance de Birgit qui l’a aidée à accoucher de Svenga, sa fille. 

« Parmi les dossiers se trouvait une carte postale. Elle reproduisait La belle chocolatière de Jean-Etienne Liotard, qui se trouve à la Gemäldegalerie de Dresde. Il tourna la carte. Elle portait un timbre de RDA et aucun nom d’expéditeur. « Chère Birgit, je l’ai vue récemment, c’est une petite fille joyeuse. Elle te ressemble. Ta Paula. » Il retourna la carte postale et regarda attentivement la belle chocolatière. Il ne put voir aucune ressemblance. Attentive, oui, Birgit pouvait avoir un air attentif, mais pas avec ce nez pointu ni cette bouche en cœur. Et joyeuse, non, de fait la belle chocolatière n’avait pas un air joyeux. » 

L’enquête va se poursuivre dans le Mecklembourg et confronter Kaspar à un milieu radical qui lui est totalement étranger. Svenga a eu une jeunesse chaotique, tombant dans la violence et la drogue, avant de rejoindre un groupuscule fasciste. Puis elle s’est mariée à une sorte de gourou néonazi avec lequel elle a eu une fille à son tour. Kaspar comprend que Svenga ne veut rien accepter de lui mais il n’est peut-être pas trop tard pour Sigrun. Fils de protestants, cultivé et tolérant, le septuagénaire cherche le moyen de toucher cette étrange adolescente. Restant égal à lui-même face à l’adversité, il choisit la voie de la musique et de la littérature pour apaiser le jeune esprit de Sigrun et l’inciter à s’ouvrir d’elle-même à un autre mode de pensée. 

J’ai retrouvé dans La petite-fille un certain nombre d’éléments stylistiques déjà présents dans Le Liseur (Gallimard, 1996). Bernhard Schlink, a un talent particulier pour aborder les sujets les plus périlleux avec une sorte de distance pudique mais sans concession. J’ai éprouvé beaucoup de tendresse pour Kaspar Wettner, un homme blessé mais généreux en amour tout en respectant l’individualisme de ses proches. Son sang-froid face à l’agressivité de Bjorn, le mari de Svenga et le père de Sigrun, est remarquable. 

💪Lecture dans le cadre du Challenge des Feuilles allemandes à suivre sur les blogs Et si on bouquinait un peu et Livr’escapades

📚D’autres avis que le mien chez Alex Mot à Mots, Kathel, La Petite Liste, Aifelle et Marilyne

📌La petite-fille. Bernhard Schlink. Gallimard, 352 pages (2023)

Commentaires

Kathel a dit…
Ton billet très complet convaincra sans nul doute d'autres lectrices et lecteurs de ne pas passer à côté de ce très beau roman ! Moi aussi j'ai eu de la sympathie pour Kaspar, c'est quelqu'un de bien.
Marilyne a dit…
J'avais beaucoup aimé, pour les sujets qui se croisent, et pour cette façon de les aborder que tu soulignes. Effectivement, pas facile à présenter. ( hors sujet : j'ai vu dans ta Pal que tu avais Le vieux jardin. Il m'attend depuis un moment. Serais tu partante pour une lecture commune ? Ce serait pour l'année prochaine ^^ )
je lis je blogue a dit…
C'est une bonne personne, oui, c'est exactement ce que j'ai pensé.
je lis je blogue a dit…
Pour "Le vieux jardin", ça serait avec plaisir. Si tu n'es pas trop pressée, je propose le mois d'Avril (en janvier, février et mars, il y a des challenges et des LC déjà programmées). On peut aussi attendre l'été et les challenges "Pavés". Dis moi ce qui t'arranges le mieux.
Livr'escapades a dit…
J'ai prévu de le lire également ce mois-ci et ne te lis donc qu'en diagonale aujourd'hui mais je reviendrai sous peu lire ton billet ainsi que celui de Kathel qui l'a aussi chroniqué. J'ai retenu l'essentiel : vous l'avez toutes les deux apprécié :-)
Aifelle a dit…
Le voilà donc ce livre dont tu me parlais. En effet, il vaut mieux attendre pour se replonger dans un sujet équivalent (même pire parce qu'il n'y a pas de personnage sympathique). J'ai aimé "la petite fille" qui nous fait avancer pas à pas dans une histoire extrêmement complexe. On ne peut pas s'empêcher d'avoir de la peine pour Kasper.
Marilyne a dit…
Les deux me vont bien. Nous pouvons décider en mars, selon nos programmes respectifs.
je lis je blogue a dit…
D'accord pour moi. On en reparle en mars.
je lis je blogue a dit…
Tu as bonne mémoire mais le livre dont je te parlais est un essai sur les résistants allemands sous le 3ème Reich. Le billet sera en ligne dans quelques jours. Pour revenir à La petite fille, je trouve que l'auteur montre beaucoup de finesse dans ce roman. Le sujet n'était pas facile à aborder. Il a su créer des personnages complexes. Kasper est le plus attachant.
je lis je blogue a dit…
J'ai l'impression que ce roman sera parmi les plus lus de cette nouvelle édition des Feuilles allemandes. Je lirai ton billet avec plaisir.
keisha a dit…
Lu, sans billet. Pudique je veux bien, un peu froid quand même.
Fanja a dit…
Je l'ai pas mal vu sur les blogs ce roman, comme en attestent tes liens en fin de billet.^^ Je n'ai lu que Le liseur de cet auteur et ça commence à remonter. Il semble temps que je revienne à lui. Ce roman semble l'occasion idéale en tout cas.
je lis je blogue a dit…
Tu n'as pas aimé le roman, tu n'as pas encore écrit ton billet ou tu as eu la flemme ?
je lis je blogue a dit…
Comme toi, je m'étais arrêtée au Liseur. C'était donc aussi l'occasion pour moi de renouer avec cet écrivain
Alex-Mot-à-Mots a dit…
C'est mon roman préféré de l'auteur, après Le liseur.
je lis je blogue a dit…
Je n'ai lu que ces deux là donc je ne peux pas trop me prononcer sauf pour dire que je les ai appréciés
Eva a dit…
J’étais certaine que nous allons revoir La petite-fille lors de cette édition des Feuilles allemandes et je me réjouis de lire ton billet. Je l'ai lu (et chroniqué) au mois de mai. Je suis absolument d’accord avec toi que Schlink est très habile à aborder des sujets délicats de l’histoire allemande que ce soit l’extrémisme de la droite ou la période de la RDA. Ce livre nous apprend beaucoup sur les Völkisch. Néanmoins (à mon grand regret) j’ai eu beaucoup de mal à ressentir de l’empathie envers les personnages dans la deuxième partie. Ceci dit, je vais bien évidemment continuer à lire Bernhard Schlink :) Merci d’avoir participé :)
je lis je blogue a dit…
En effet, j'ai trouvé très intéressante cette partie du roman sur les Völkisch dont je ne connaissais pas l'existence. A part Kaspar, il est difficile d'avoir de l'empathie pour les personnages.
claudialucia a dit…
Encore un livre que j'ai remarqué et que tu me donnes envie de découvrir ! C'est fou, tout ce que je voudrais lire en ce moment ! Je me demande si Kaspar parvient à combattre efficacement une idéologie basée sur la haine ?
je lis je blogue a dit…
Ah, ah, je ne dirai rien de plus (^_-)
Violette a dit…
Tu en parles très bien, c'est un beau roman empli de délicatesse.

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus