Crépuscule. Philippe Claudel

 Crépuscule. Philippe Claudel


Nous sommes sans doute au tournant du 20ème siècle, dans une bourgade aux confins de l’Empire (supposément austro-hongrois), oubliée des hommes et peut-être même de dieu. Les habitants sont rustres, souvent bas de plafond. Ceux qui ne sont pas déjà idiots, s’abrutissent d’alcool dans l’auberge du coin. Les notables sont des êtres vils et vénaux, toujours plus intéressés par le maintien de leurs positions privilégiées, que par l’intérêt de la population dont ils ont la charge. C’est l’hiver. Il fait un froid de gueux, la neige tombe en continu et la nuit s’invite de bonne heure. D’ailleurs même le fond de l’air sent la fin de vie, le déclin, la chute.  Dans cette région ballotée par l’histoire, Chrétiens et Musulmans cohabitent dans une apparente entente cordiale.  Mais un évènement va perturber le fragile équilibre de ce microcosme.  Il s’agit du meurtre du curé, dont le corps a été découvert par deux enfants, Lémia et Douri Pakmur. « Le mort s’appelait Pernieg. Jan Igor Seïd Pernieg. Il était né soixante-six années plus tôt. Entre la maison de sa naissance et le lieu de sa mort, il y avait à peine quarante pas. (…) Lui-même alors devait enfin savoir s’il avait eu raison de consacrer son existence à Dieu, ou s’il avait gâché ses jours pour des fariboles.» 

Le capitaine Nourio, qui assure la fonction de police avec son seul adjoint, arrive très vite sur les lieux du crime.  « Le Policier s’appelait Nourio. Il était de taille médiocre, de visage olivâtre, et tout en os. Il portait un uniforme d’on ne savait quelle armée, que les ans et l’usure avaient fini par faire ressembler à un accoutrement de chasse. (….) Il était un peu plus jeune que son Adjoint, par bien des points plus intelligent aussi, mais dans l’univers des hommes, il n’est pas certain que cela soit une qualité. » La dernière phrase résonne un peu comme une prophétie et semble faire écho au portrait, guère plus indulgent, de l’adjoint Baraj. « Baraj était un homme au milieu de l’existence, qu’il suivait comme un chemin incommode. (…) Par sa timidité pataude et sa masse, l’Adjoint évoquait un bœuf ou un cheval de trait. Ne lui manquait que le piquet auquel l’attacher pour le temps de sa vie, et le merlin pour la finir. » Philippe Claudel nous présente ainsi une galerie de personnages (presque tous des notables comme l’Imam, le Maire, le Médecin ou le rapporteur de l’administration) qui, pour la plupart, sont déjà des actes d’accusation.

Non seulement Philippe Claudel esquisse des portraits remarquablement parlant en quelques lignes concises mais surtout il réalise l’autopsie précoce d’une société à l’agonie. L’auteur nous régale ainsi d’une vision très cynique des hommes et du monde. Son roman n’a pas besoin d’être lu pour l’intrigue policière ou la toile de fond historique. D’ailleurs, ni lieux précis ni dates exactes ne sont jamais cités et l’enquête progresse presque en coulisse du récit. Le fameux Empire déclinant n’est jamais nommé mais quelques indices (les toponymes, l’utilisation du Samovar ou encore la mention du Margrave) nous conduisent en direction de l’Est et de la Mitteleuropa. Le village appartient-il à une terre du côté des Balkans ? Ce n’est pas ce qui importe le plus ici. Ce qui compte dans ce texte, c’est la puissance de l’écriture au service de thèmes universels comme l’ordre social, la religion, la morale, etc.  Et puis, au cœur de l’intrigue, il y a le questionnement à propos de la fabrique de la vérité au profit de la majorité et/ou de la classe dirigeante. Crépuscule est un roman d’une redoutable efficacité narrative et d’une troublante résonnance intemporelle !

📚D'autres avis que le mien : Sandrine, Athalie, La petite liste

📌Crépuscule. Philippe Claudel. Stock, 505 pages (2023)


Commentaires

Sandrine a dit…
Tu sembles avoir apprécié ta lecture. Moi je me suis terriblement ennuyée... la seule chose que j'ai trouvé intéressante c'est le personnage du flic, parce que c'est un salaud et qu'il est rare de faire d'un type si immonde un personnage principal avec par ailleurs pas mal de jugeote.
je lis je blogue a dit…
Je suis aller relire ton avis et j'an ai profité pour ajouter un lien vers ton blog. Concernant le personnage principal, je partage entièrement ton opinion. C'est un être méprisable, gouverné par ses penchants déviants. En dépit d'un esprit affuté, Nourio finit par se perdre à cause de son ambition et/ou son orgueil démesurés. En revanche, je n'ai pas été gênée par les digressions de l'auteur et je ne me suis pas ennuyée une minute. J'ai adoré ses portraits et son penchant pour le cynisme. Comme tu le dis, il y a une lueur d'espoir grâce aux personnages attachants de Baraj et Lemia.
Fanja a dit…
Ça fait longtemps que je n'ai pas lu Philippe Claudel mais je garde ce souvenir fort d'une écriture puissante en quelques lignes concises comme tu dis. Ça m'avait particulièrement marquée dans Les Âmes grises. Tu me donnes bien envie de revenir à lui avec ce roman.
Aifelle a dit…
L'auteur sera à "la librairie francophone" cet après-midi sur F.I. Après avoir lu différents avis sur son roman, ça m'intéresse d'écouter ce qu'il en dira lui-même.
Athalie a dit…
Je l'ai moi aussi trouvé remarquable ce roman. J'avais laissé l'auteur de côté depuis quelques temps, mais cette fois ci, la puissance de l'écriture m'a bluffée. Le tableau d'une humanité vile, méprisable, emportée par des instincts vicieux peut paraître cynique mais les enjeux politiques esquissés ne sont-ils pas, finalement, d'une amoralité que l'on peut voir à l'oeuvre ?
je lis je blogue a dit…
Oui, une écriture puissante, c'est exactement ça ! Je viens de lire ton avis et j'ai ajouté un lien vers ton blog
je lis je blogue a dit…
Ah zut, je n'ai pas pu écouter, je faisais une escapade à Paris
je lis je blogue a dit…
Si tu aimes son style d'écriture, je te le recommande. Athalie l'a apprécié aussi. Par contre, Sandrine s'est ennuyée (je préfère te prévenir).

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus