Haut Val des loups. Jérôme Meizoz

Haut Val des loups. Jérôme Meizoz


 « Tout est coquet dans le village de montagne, chéri des peintres paysagers. Les chalets sèchent sous le soleil cru de février. Les touristes accomplissent leurs devoirs de vacances. Yeux fermés, tourné vers la forêt, on entend le pic-bois et le ronronnement de la télécabine. Pays neutre, contrée sourde, épargnée par la guerre, obstinée et prospère. Silence, négoce et bénéfices. Vertu suprême : la discrétion. »

En février 1991, dans la région du Haut Val, un jeune militant écologiste est tabassé avec une grande violence et laissé sur le carreau, baignant dans son sang. Il ne meurt pas. Il s’en sort après un séjour à l’hôpital mais le traumatisme est tellement important qu’il préfère s’exiler outre-Atlantique. Il finira par rentrer au pays mais ne se mêlera plus jamais de politique. L’affaire a été classée sans suite. Vingt-cinq ans plus tard, le narrateur n’a pas oublié la violence dont son ami a été victime. L’accès aux archives judicaires lui étant refusé, il décide de raconter cette histoire à travers un récit romanesque dont les patronymes et noms de lieux sont volontairement expurgés.

« Tu vas trouver le Poète des cimes blanches dans son manoir humide dont les murs épais portent des cargaisons de pommes. Le vacarme du torrent couvre le petit bois alentour. A la cave, il dégote une bouteille de ton âge, un Petit Rhin, pour fêter l’ouvrage qu’il t’a confié.»

Ce court texte m’a un peu déroutée pour plusieurs raisons. Le narrateur s’exprime tantôt à la seconde personne du singulier tantôt à la troisième. Il accumule les sauts de puce dans le temps (en avant, en arrière, en avant…1991, 1976, 1984, 2014, 1989, …) et son style est lapidaire. Les protagonistes ne sont jamais clairement identifiés. Lorsqu’il s’agit de la victime, l’auteur parle du jeune homme. Ses camarades du groupe Mandarine sont rarement désignés par leurs prénoms. Il m’a fallu un peu de temps également pour identifier le mentor du jeune homme, le poète Maurice Chappaz (ses citations ne sont répertoriés qu’à la fin de l’ouvrage). Par ailleurs, je n’arrivais pas à déterminer si l’opus s’inspirait d’un fait divers ou s’il s’agissait d’un récit fictif. 

Il s’avère que le livre s’appuient sur des évènements bien réels. L’affaire dont il est question est celle de l’agression de Pascal Ruedin dans son chalet de Vercorin. Ses agresseurs n’ont jamais été retrouvés et l’opinion publique a longtemps soupçonné la justice de protéger les commanditaires. La victime, était alors le secrétaire du WWF valaisan, dont certains dossiers en faveur de la défense de la nature gênaient les projets des partisans du développement du canton.

« Étendu sur le plancher, le Jeune Homme saigne, à demi inconscient. Trois types ont forcé la porte. Occupé à son bureau, il n’a pas entendu. On l’a battu avec application, en silence, longuement. La pluie de coups lui a semblé sans fin. Défenseur de l’environnement, il n’a pas ménagé ses efforts contre quelques grands projets immobiliers. Ses adversaires détestent en lui un redoutable débatteur au verbe tranchant. Puis on s’en est pris à ses dossiers, à ses lettres. Ordinateur défoncé, fils du téléphone arrachés. Des informations sensibles dormaient dans les circuits. Ont-ils emporté des documents ? Difficile de le savoir. »

Des recherches sur google m’ont permis d’identifier d’autres évènements évoqués par le narrateur, comme le scandale du conseiller d’État valaisan qui, après avoir abattu un loup en toute illégalité, exhibait sa dépouille empaillée dans son bureau. 

Les loups du titre font davantage référence aux humains qu’aux animaux. Les chasseurs peu scrupuleux mais aussi les promoteurs qui exploitent le territoire, les fascistes qui ont trouvés refuge en Suisse à la fin de la seconde guerre mondiale, les religieux qui favorisent l’obscurantisme et les criminels qui martyrisent la jeunesse qu’ils jugent un peu trop rêveuse. Le livre de Jérôme Meizoz est un pamphlet contre le capitalisme sauvage et la barbarie. Il prend moins de gants lorsqu’il s’agit de dénoncer les exactions des pollueurs ou d’exprimer ses convictions politiques. Et le lecteur sent bien qu’il y a beaucoup de colère et d’émotions dans cet opus.  

« Tu t’interroges sur cette nature dont on parle tant.  Est-ce que nous sommes inscrits en son sein, ou posés au dehors comme ses maîtres ? Quels sont nos droits sur elle ? Et si nos actes étaient des forfaits répétés, accomplis suivant la loi du plus fort ? Tu t’imagines un instant dans la peau d’un chevreuil ou d’un faisan : l’homme t’apparait comme un prédateur absolu sur la terre. Seule bête jouissant de l’agression gratuite. »

💪J’ai lu cette novella dans le cadre du challenge Bonnes nouvelles qui se déroule du 1er au 31 janvier 2024.

📚D’autres avis que le mien via Babelio

📌Haut Val des loups. Jérôme Meizoz. Zoe Poche, 160 pages (2023)

Commentaires

Sandrine a dit…
Les pamphlets contre le capitalisme sauvage et la barbarie, ça me parle toujours ;-) Ce texte semble cependant difficile d'accès, non ?
Dominique a dit…
je note immédiatement, d'abord pour l'éditeur que j'apprécie beaucoup et pour le thème
Quand on te lit cela parait ahurissant et que cela se passe en Suisse !!! c'est fou
le droit aux archives judiciaires doit dépendre des pays je suppose
un livre qui alerte c'est plutôt bien, l'auteur a-t-il un peu peur lui aussi ?
Kathel a dit…
J'aime bien les éditions Zoé, mais là, je ne te sens pas très enthousiaste... Ils ne peuvent pas éditer que d'excellents textes !
je lis je blogue a dit…
oui, je l'ai trouvé un peu difficile d'accès mais ça valait vraiment le coup. Le sujet me parle aussi beaucoup.
je lis je blogue a dit…
Je suppose que l'auteur évite de citer les noms pour éviter les éventuels procès. Je ne sais pas s'il craint aussi des représailles musclées. Le temps a passé mais les mentalités ont-elles changé ? Les protagonistes sont sans doute toujours impliqués dans l'économie et la politique de la région.
je lis je blogue a dit…
Le texte n'est pas très facile à lire et à décrypter. J'ai dû m'accrocher un peu.
Aifelle a dit…
La difficulté de lecture que tu évoques me décourage. Les Suisses ne sont pas mieux que les autres quand il s'agit de défendre leur argent et leur pré carré.
Sacha a dit…
Qu'il s'agisse d'horizons géographiques ou thématiques, tu sais nous dépayser avec les ouvrages que tu as lu pour ces Bonnes nouvelles!
je lis je blogue a dit…
Merci c'est un compliment qui me fait très plaisir mais je ne suis pas la seule à avoir déniché des ouvrages originaux. Ce challenge nous apporte de bien belles découvertes au fil des jours.
je lis je blogue a dit…
Je crois que c'est plutôt une question de culture et d'éducation. Il est possible de changer les choses grâce à l'information, la formation, etc. Il y a encore beaucoup de boulot mais de plus en plus de gens semblent sensibles aux questions environnementales, par exemple (j'ignore si c'est une façade mais j'ai envie d'être optimiste). En ce qui me concerne, j'ai encore beaucoup de mauvaises habitudes, des reflexes... ça demande parfois un effort.
Fanja a dit…
Arf 150 pages qui prennent plus de temps qu'un 300 pages parce que la narration n'est pas claire et qu'il faut vérifier ou compléter sur google, bon...^^
je lis je blogue a dit…
ça sent le vécu ! C'est pas à ce point, en ce qui concerne, ce recueil, mais pas loin quand même.
eimelle a dit…
ça n'a pas l'air simple, mais intéressant malgré tout!
je lis je blogue a dit…
On finit par s'habituer au style de l'auteur et le sujet est intéressant
Alex-Mot-à-Mots a dit…
Ce que tu dis du style ne me tente pas.
je lis je blogue a dit…
C'est vrai que c'est particulier mais le sujet vaut la peine de se donner un peu de mal

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus