Les montagnes hallucinées. Gou Tanabe

Les montagnes hallucinées. Gou Tanabe (Photo by Torsten Dederichs on Unsplash)

Parmi la profusion de mangas publiées ces dernières années, certains titres se distinguent particulièrement. Les montagnes hallucinées, l’adaptation de la nouvelle éponyme de Howard Phillips Lovecraft par Gou Tanabe, fait partie du lot. L’objet lui-même est déjà une œuvre de belle facture. L’éditeur l’a habillé d’une couverture cuir très chic. Disponible en coffret ou en deux volumes séparés, il se lit comme un manga traditionnel, c’est-à-dire de droite à gauche. Il est plus petit (format proche du A5) et plus épais que les bandes dessinées franco-belges (presque 300 pages par tome). Les dessins s’éloignent du graphisme très codé des mangas mais apparait plutôt classique selon les critères occidentaux. La plupart des illustrations sont en noir et blanc. 

Selon moi, Les montagnes hallucinées est une excellente introduction à l’univers de H.P. Lovecraft. Depuis son plus jeune âge, l’écrivain américain était fasciné par l’Antarctique et les récits d’exploration de la Terre Australe. Comme dans le roman d’Edgar Allan Poe, Les Aventures d'Arthur Gordon Pym, dont Lovecraft s’est inspiré, le « continent blanc » devient le théâtre d’une aventure cauchemardesque. Il faut dire qu’en 1931 (date de rédaction de la nouvelle) l’état des connaissances du pôle sud laissait encore une place aux spéculations et à l’imagination romanesque. Ici, le narrateur est le Pr. Dyer, géologue de l’Université Miskatonic du Massachusetts. Il est accompagné de Danforth, son assistant. Le noyau dur de son équipe scientifique compte encore trois universitaires, parmi lesquels le professeur Lake, biologiste, et le jeune Gedney, son doctorant. Lorsque l’histoire commence, Dyer prend la tête d’une équipe de sauvetage dont la mission est de retrouvé Lake, parti quelques jours plus tôt en prospection dans une zone située à près de 500 km au nord-ouest de la base. Son dernier message radio mentionnait la découverte de 14 spécimens végétaux ou organiques inconnus. 

Les montagnes hallucinées. Tome 1. Gou Tanabe

Les Montagnes hallucinées, dont le titre original est At the Mountains of Madness ("les montagnes de la folie"), fait de nombreuses références aux œuvres précédentes de Lovecraft. La nouvelle peut même être considérée comme la genèse des "Grands Anciens", dont la cosmogonie serait décrite dans l’ouvrage fictif du Necronomicon d'Abdul al-Hazred. Selon la légende, le "Necronomicon" serait conservé à la bibliothèque de l'université de Miskatonic. L’ouvrage est cité dès 1921 dans la nouvelle La Cité sans nom. Il apparait ensuite de manière récurrente dans l’œuvre de Lovecraft et même chez d’autres auteurs comme Jorge Luis Borges, Umberto Eco ou Stephen King. Sans révéler trop l’intrigue, on peut dire qu’il sera aussi question des "Shoggoths" qui figurent dans plusieurs récits du mythe de Cthulhu (Mythos en anglais), cet univers de fiction collectif développé par de multiples auteurs à partir de l'œuvre de Lovecraft. 

Interpellé par son éditeur japonais, Gou Tanabe a commencé à s’intéresser à l’œuvre de H.P. Lovecraft en 2005. Le nombre de ses publications permettent de lui attribuer désormais le titre de spécialiste de l’univers lovecraftien. En effet, le mangaka publie successivement au Japon The Outsider (2007), librement adapté de la nouvelle Je suis d'ailleurs, puis viennent des adaptations de La Couleur tombée du ciel (2015), Celui qui hantait les ténèbres (2016), Dans l’abîme du temps (2019), L'Appel de Cthulhu (2019). Le Cauchemar d'Innsmout (2021).

Les montagnes hallucinées. Gou Tanabe

Pour ma part, j’ai découvert l’écrivain américain par l’intermédiaire de L'Affaire Charles Dexter Ward, sa novella publiée en dans le magazine Weird Tales. Mon goût pour les jeux de plateau m’a permis de m’immerger dans son univers particulier via Horreur à Arkham, un jeu de société coopératif, réédité en 2005 en France par Edge Entertainment. Cette version compte plusieurs extensions comme L'Horreur de Dunwich (2008), L'Horreur de Kingsport (2009), L'Horreur d'Innsmouth (2010) et L’Horreur de Miskatonic (2012). Bref, le mythe de Cthulhu promet bien des heures de lecture et de jeu !

Les montagnes hallucinées. Gou Tanabe. Les chefs-d’œuvre de Lovecraft. Ed. Ki-oon, 2 tomes (2019)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Antarctique. Olivier Bleys

L’anomalie. Hervé Le Tellier

La petite bande. Vincent Jaury