L’œil du loup. Daniel Pennac

L’œil du loup. Daniel Pennac


Les parents ont parfois le privilège de partager des lectures avec leur progéniture, surtout lorsqu’on sollicite leur aide pour les devoirs à la maison. C’est dans ce cadre scolaire que nous avons choisi L’œil du loup de Daniel Pennac, en concurrence avec Croc-Blanc et L’appel de la forêt de Jack London.  Je précise que le nombre de pages n’était pas notre seul critère de choix et que nous avons finalement favorisé une œuvre contemporaine. 

L’opus est divisé en quatre parties. Au début du récit, nous faisons la connaissance de Loup-Bleu, un animal borgne vivant en captivité dans un zoo. Il vient de perdre sa compagne et refuse désormais tous contacts visuels avec les humains. Sa résolution est largement mise à mal par la présence d’un jeune garçon qui reste planté pendant des heures devant son enclos sans bouger. Qui est-il ? Pourquoi l’observe-t-il ainsi ? Son abnégation intrigue notre vieux loup au point qu’il décide finalement de s’en approcher. La seconde partie du roman commence ici. Le contact entre l’humain et l’animal est hautement instructif car ces deux êtres meurtris se comprennent immédiatement. A travers l’œil du loup, le garçon découvre la vie sauvage en Alaska, les chasseurs traquant la meute sans relâche et le drame qui a conduit Loup-Bleu en captivité. Dans la troisième partie du livre, les rôles s’inversent. Le loup apprend que son nouvel ami s’appelle Afrique N’Bia. C’est un drôle de nom mais il a une longue histoire. Afrique porte le nom du continent sur lequel il est né. Il lui vient de son don à raconter des histoires dont l’intrigue se déroule toujours sur ce territoire. L’enfant est orphelin. Ses parents ont disparu pendant la guerre et il a été confié à Toa le marchand. Malheureusement ce n’était pas un homme bon. Sans la présence de Casserole-le-dromadaire, le tuteur d’Afrique l’aurait sans doute abandonné à la première occasion. Puis le marchand découvre qu’il peut tirer un bénéfice financier de son protégé en le faisant travailler. Le garçon donne à voir au loup toute la complexité de sa jeune existence jusqu’à son arrivée au zoo où travaillent ses parents adoptifs. C’est la quatrième partie, celle qui se déroule dans ce qu’il nomme L’autre monde. 

Ce court roman pour la jeunesse est écrit comme un conte. Il est d’ailleurs entrecoupé d’histoires rapportées ou imaginées par le jeune Afrique. S’il aborde des sujets difficiles (la chasse, la maltraitance animale, la guerre, la pauvreté, l’esclavage, l’écologie, l’exil…) son dénouement n’est pas triste, bien au contraire ! La vision positive que le jeune garçon porte sur le monde incitera son compagnon animal à le regarder d’un œil nouveau. C’est une histoire assez émouvante pour toucher le cœur des enfants comme des adultes.

📌L’œil du loup. Daniel Pennac. Pocket Jeunesse, 96 pages (2002)


Commentaires

La petite liste a dit…
Pennac se lit à tout âge :-)
Audrey a dit…
Une amie fan de l'auteur me l'a conseillé. En plus d'aborder des thèmes difficiles, il a l'air émouvant ce roman.
je lis je blogue a dit…
Absolument !
je lis je blogue a dit…
C'est très émouvant oui et l'auteur beaucoup de thèmes sans avoir l'air d'y toucher.
Sacha a dit…
Il est dans ma liste de livres à lire en famille, sous forme de roman et/ou de sa récente adaptation en BD qui a l'air réussie. Ton avis confirme qu'il faut que je concrétise cette lecture !
luocine a dit…
plusieurs générations de jeunes lecteurs ont plébiscité ce livre que je trouve remarquable
keisha a dit…
Oui, Pennac; c'est bien!
je lis je blogue a dit…
Du coup, je pense à un autre Daniel (Picouly) qui écrit aussi de beaux livres pour la jeunesse
je lis je blogue a dit…
Vi, j'ai adoré la saga Malaussène (que je n'ai d'ailleurs pas terminée)
je lis je blogue a dit…
J'ai aussi une liste familiale mais les lectures se sont un peu réduites depuis quelques temps. On a relancé la machine avec "la guerre des clans" de Erin Hunter mais là c'est moi qui n'arrive pas à m'y mettre. En plus, il y a un nombre hallucinant de tomes, de cycles, etc.
PHILIPPE a dit…
J'avais ce livre dans ma bibliothèque de classe, mais les élèves l'empruntaient rarement. Ils n'étaient pas attirés...
J'ai toujours lu les bouquins que mon fils devait lire pour l'école. C'est ainsi que j'ai découvert Frank Andriat, par exemple.
Fanja a dit…
C'est toujours sympa les incursions en littérature jeunesse et avec Pennac, on risque rarement d'être déçus.
je lis je blogue a dit…
J'ai fait de très belles découvertes avec la littérature de jeunesse. Et les albums ! Il y en a de magnifiques.
je lis je blogue a dit…
Les goûts évoluent selon les générations, c'est sûr, mais il y a quand même des thèmes qui continuent de toucher les jeunes lecteurs.
manou a dit…
Un incontournable Pennac et bien entendu "l'oeil du loup" je l'ai lu, acheté pour mes fils et pour les différents CDI où j'ai pu travailler au cours de ma vie :) Comme toi j'ai toujours lu les livres que mes fils étudiaient en classe, puis maintenant de temps en temps quand je les vois, ceux de mes petits-enfants ! C'est une belle manière de partager nos lectures en famille, et de débattre aussi sur les goûts des uns et des autres...
je lis je blogue a dit…
J'aime beaucoup ses échanges grâce aux lectures familiales comme j'ai adoré lire ensemble des albums pour la jeunesse et des recueils de contes.
claudialucia a dit…
Je l'ai lu avec mes filles, il y a bien des années déjà ! Une belle lecture scolaire !
je lis je blogue a dit…
oui j'aime bien Pennac. Les deux autres options (les romans de Jack London) n'étaient pas mal non plus.
Anonyme a dit…
Ca me plaît bien, cette logique de "transmission involontaire" des enfants vers les parents comme "lecteurs-découvreurs"... Je me rappelle mon père, lui-même d
je lis je blogue a dit…
désolée, on dirait bien que la fin du commentaire est passé à la trappe !
tadloiducine a dit…
Je ne connais pas ce "Pennac pour les enfants". Je note!
Pour le moment, ma jeune nièce (10 ans) était plutôt dans "Les lapins de la couronne d'Angleterre"... mais je lui parlerai de ce loup la prochaine fois que je la verrai!
(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola
je lis je blogue a dit…
Je ne connaissais pas "Les lapins de la couronne d'Angleterre" mais ça a l'air très chouette. Il y a des animaux, des agents secrets et de l'humour so british évidemment. Je vois que c'est une série de 4 tomes déjà. L'âge ciblé (9-12 ans) correspond à celui de mon Doudou. Pour l'instant, il lit la série du "Clan des chats" ... Mais je note le titre car je suis sûre que ça lui plairait.
tadloiducine a dit…
... lui-même prof de fac, dévorant chaque début d'année scolaire, du collège à la Terminale, en début d'année, os manuels d'Histoire (sa matière!)... Nous étions quatre frères avec 13 ans entre le + âgé et le + jeune... 9a en a représenté, des manuels différents!
(s) ta d loi du cine, "squatter" chez dasola
je lis je blogue a dit…
C'est important de ne pas toujours s'imposer comme prescripteur. Les enfants ont leurs propres goûts et sont tellement heureux de l'intérêt qu'y portent leurs parents.
tadloiducine a dit…
Je l'ai lu (mais je ne sais pas si je le chroniquerai?), merci. C'est un livre très très court, en fait...
Il m'a fait songer au roman jeunesse italien "Le castor Grogh et sa tribu", pour le volet animal...
(s) ta d li du cine, "squatter" chez dasola

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus