Alpinistes de Mao. Cédric Gras

Alpinistes de Mao. Cédric Gras


Au mitan du 20ème siècle dans les pays communistes, l’alpinisme est moins une pratique sportive qu’un enjeu politique. Dans son précédent livre, Cédric Gras a montré que pour les dirigeants de l’ex-URSS la conquête des sommets était un moyen comme un autre de prouver la supériorité de l’homo sovieticus alpinisticus (Cf Alpinistes de Staline). 

Dans la Chine de Mao, l’himalayisme s’inscrit dans le contexte de la conquête du Tibet. Il s’agit de montrer que ce territoire est maîtrisé et entièrement acquis à la Révolution. Après les exploits enregistrés par les représentants des empires capitalistes, l’échec n’est pas une option. Or, les Chinois sont loin d’être des alpinistes aguerris. Les volontaires sont choisis davantage pour leur fidélité au Parti que pour leurs qualités physiques et sportives. La quasi-totalité d’entre eux n’a aucune connaissance du terrain et n’a même jamais vu une montagne ! Les Maoïstes sont formés par leurs grands frères russes et sont envoyés à Moscou puis dans le Pamir pour s’entraîner. 

Les premières expéditions dans l’Himalaya sont organisées conjointement. Il s’agit d’ascensions de masse qui étaient la norme de l’ère communiste. Dans la course aux 8000 (dix des quatorze sommets de plus de 8000 mètres sont gravis les uns après les autres), le principal objectif de Mao est l’ascension du Qomolangma (Sagarmata pour les Tibétains), c’est-à-dire le Mont Everest. Il est prévu de le conquérir par le col Nord, côté tibétain. Les derniers qui ont tenté l’exploit sont les Britanniques George Mallory et Andrew Irvine en 1924. On ignore s’ils sont arrivés au sommet avant de redescendre. La découverte de la dépouille de Mallory à 8 290 mètres d'altitude, quelques décennies plus tard, relancera le débat. En 1953, les Anglais Edmund Hillary et Tensing Norgay sont les premiers grimpeurs à atteindre le sommet de l'Everest mais par le versant népalais. 

Une première tentative d’ascension sino-russe avorte en 1959 pour cause de révolte tibétaine. Après coup, le rapport officiel affirmera qu’il s’agissait d’un simple entraînement, les forces vives du communisme ne pouvant enregistrer un échec. L’année suivante, au moment où les Chinois prennent le départ au Tibet, une délégation indienne s’ébranle du coté népalais. Ces derniers seront contraints d’abandonner avant d’atteindre le sommet. En ce qui concerne le groupe Maoïstes (les Russes ont été évincés de cette expédition), il est difficile de faire la part du vrai et du faux. Selon le rapport officiel, trois hommes auraient atteint le sommet dans la nuit du 24 au 25 mai 1960, au prix d’actes héroïques incroyables portés par un idéalisme inébranlable. Les héros du jour, Qu Yinhua, Wang Fuzhou et Gonpo Dorje, ne font même pas partie du groupe de pionniers, formés en URSS. En effet, Xu Jing et Liu Lianman ont été forcé d’abandonner avant le sommet. 


The Climbers


 Dans les faits, rien ne prouve que les athlètes chinois soit arrivés en haut de l’Everest. L’exploit n’est pas documenté puisque, selon les protagonistes, l’appareil photo ne fonctionnait pas. Les expéditions suivantes ne retrouveront jamais le fameux buste de Mao qui aurait été porté au sommet de l’Everest en 1960. La saga himalayenne n’est donc pas terminée. Il faudra attendre le 26 mai 1975 pour voir flotter, sans contestation possible, le drapeau chinois sur le toit du monde. 

Une fois de plus, Cédric Gras a effectué un travail remarquable de recherche et de documentation. Toute la difficulté de l’exercice résidait dans la nécessité de séparer le bon grain de l’ivraie dans les documents de propagandes maoïstes. Ainsi que l’explique l’auteur, les archives sont rarement accessibles quand elles existent. Les rapports officiels des expéditions sont surchargés d’envolées lyriques à la gloire du Grand Timonier tandis que les informations de terrain sont lacunaires voire incohérentes. Il a donc fallu faire le tri, s’astreindre à une lecture critique, comparer le peu de sources disponibles. Un petit coup de pouce du hasard lui a permis de se procurer une biographie de Liu Lianman, un document un peu plus spontané.  La plupart des acteurs sont aujourd’hui décédés à l’exception de Gonpo, le sherpa tibétain qui aurait atteint en premier le sommet de l’Everest. Cédric Gras n’a pas pu l’interviewer mais, sachant que sa version n’a jamais changé, ce n’est pas très grave. Au regard du manque de preuves, la vraie question était de déterminer si les 3 himalayistes ont forgé un pacte mensonger pour éviter les représailles du Parti (l’échec de la mission étant exclu) ou s’ils ont menti sur ordre de leurs supérieurs. 

A l’instar d'Alpinistes de Staline, Alpinistes de Mao est un document précieux, sans doute le seul du genre consacré à la conquête de l’Everest par les Chinois. Pour autant, le livre de Cédric Gras n’est pas un texte aride, réservé à un public averti. C’est un travail d’historien réalisé par un romancier et un alpiniste. Il en a incontestablement les qualités. J’ai apprécié le fait que l’auteur explique sa démarche, les difficultés liées à ses recherches et à ses sources, ainsi que ses choix dans les versions qui lui étaient proposées. L’ouvrage reste néanmoins très fluide et se lit quasiment comme un roman d’aventure. 

Pour l’anecdote, il faut savoir que l’histoire de l’expédition de 1960 a été adaptée au cinéma en 2019 par Daniel Lee avec Jackie Chan. The Climbers est un blockbuster dédié exclusivement au public chinois et qui, selon Cédric Gras, manque clairement d’objectivité. 

📚J’ai lu Alpinistes de Mao dans le cadre d’une lecture commune avec Fabienne du Blog Livr’EscapadesMiss Sunalee aussi a lu ce livre.

📌Alpinistes de Mao. Cédric Gras. Stock, 300 pages (2023)


Commentaires

Miss Sunalee a dit…
J'ai beaucoup aimé ce récit, et aussi le fait que Cédric Gras explique ses difficultés à l'écrire à cause des sources très peu objectives.
Livr'escapades a dit…
Tu as écrit une bien belle chronique pour ce livre aussi instructif que passionnant (et parfois véritablement ahurissant). Merci pour cette lecture commune, quel grand plaisir de lecture! Si tu as envie, dans quelques semaines (voire mois), de lire un autre récit d'alpinisme fais-moi signe surtout 🙂 On pourrait aussi embarquer Sunalee dans l'aventure...
Sacha a dit…
Ce n'est pas forcément le genre de livre que je lirai mais c'est fort intéressant de découvrir cette histoire par vos billets, d'autant que Signalée, Fabienne et toi en relevez des aspects différents (c'est pour ça que j'aime les LC!).
je lis je blogue a dit…
Je n'avais pas vu ton billet, j'étais en vacances quand il est paru ! Je viens d'ajouter un lien vers ton blog à la fin du mien. Je croyais que tu avais finalement décidé de nous attendre mais je n'étais pas sûre.
je lis je blogue a dit…
Oui, avec grand plaisir ! J'adore les récits d'alpinisme.
je lis je blogue a dit…
Tout à fait d'accord avec toi. De plus, il y a le plaisir de partager une lecture au lieu de lire tout seul dans son coin.
Miss Sunalee a dit…
(la correction automatique de mon nom (je suppose) m'a fait sourire)
Ingannmic, a dit…
Je me souviens en effet du billet de la Miss. A vous trois, vous allez finir par me convaincre, bien que je ne me sente pas très attirée. J'aime la montagne, mais je crains de m'ennuyer dans les récits d'alpinisme. Mais là, j'ai bien compris que ça allait au-delà...
nathalie a dit…
J'ai lu Alpinistes de Staline, dont un chapitre est consacré à l'entraînement russo-chinois dans l'Himalaya. C'était aussi très intéressant, tous ces enjeux politiques autour de l'alpinisme. Il est également passionnant à écouter.
je lis je blogue a dit…
J'ai lu les deux et je crois que j'ai une petite préférence pour Alpinistes de Mao qui est peut-être un peu plus fluide. Mais les deux sont captivant et on apprend beaucoup effectivement sur le contexte politique.
je lis je blogue a dit…
Ah tiens, je ne me souvenais plus de ce passage dans les Alpinistes de Staline. Du coup, je me prends encore plus à espérer un prochain "Alpinistes de Nehru" car il y a un passage sur les Indiens dans Alpinistes de Mao. Je ne me suis pas encore mise aux audiolivres mais cela me tente de plus en plus.
Fanja a dit…
L'alpinisme, ce n'est pas trop dans mes thématiques de prédilection (c'est d'ailleurs pour ça que je ne me suis pas encore aventurée dans Le Sommet des dieux de Taniguchi qui, paraît-il, est pourtant fabuleux...), mais j'avoue que l'exploration documentée de la conquête de l’Everest par les Chinois me tente bien et le travail de recherche m'intéresse aussi beaucoup !
keisha a dit…
Bon, je reste en plaine, là. A Livrescapades je conseillais Le sommet des dieux.
je lis je blogue a dit…
Excellent conseil ! Il est dans ma liste depuis un moment. Sur un autre thème, j'ai adoré Quartier lointain, du même auteur
je lis je blogue a dit…
La partie consacrée au contexte historique peut t'intéresser. Je crois savoir que tu aimes l'Asie. Après, il faut savoir que l'alpinisme prend un peu de place mais ce n'est pas un récit traditionnel d'escalade.
Miss Sunalee a dit…
Le sommet des dieux est fantastique (dit la fille qui ne lit pas beaucoup de bd mais bien des bd sur l'alpinisme ;-) )
je lis je blogue a dit…
Tu as vu le film d'animation de Patrick Imbert ?
Kathel a dit…
C'est terrible, je lis ton billet sur ce livre déjà noté, et je prends des notes pour ma LAL en plus dans les commentaires !
PHILIPPE a dit…
C'est sûrement un livre intéressant, mais je ne pense pas qu'il soit pour moi...
je lis je blogue a dit…
Il faut aimer l'alpinisme et/ou l'histoire et/ou l'Asie... ça peut faire beaucoup, en effet, mais si l'un des sujets t'intéresse, c'est passionnant.
je lis je blogue a dit…
Je connais ça, c'est terrible ! (^_^)
Miss Sunalee a dit…
oui !

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus