Veiller sur elle. Jean-Baptiste Andrea

Veiller sur elle. Jean-Baptiste Andrea


C’est un peu difficile d’évoquer un ouvrage qui vient de recevoir le prix Goncourt. Il a déjà été décortiqué par des critiques professionnels et chroniqué par de nombreux bloggeurs. J’en parlerai moins bien et n’ajouterai rien de transcendant mais j’ai beaucoup aimé ce livre et c’est largement assez pour partager mon plaisir. C’est le quatrième roman de Jean-Baptiste Andrea, après Ma reine, Cent millions d'années et un jour et Des diables et des saints. Le Goncourt n’est pas son premier prix. 

Veiller sur elle est une fresque historique qui conduit le lecteur dans l’Italie du 20ème siècle au moment où elle bascule dans le fascisme. L’intrigue débute néanmoins en 1916, dans une bourgade savoyarde, et s’achève à l’automne 1986, de l’autre côté des Alpes. Michelangelo Vitaliani, dit Mimo, est né en 1904. Fils de modestes émigrés italiens, il est renvoyé dans le berceau familial après la disparition de son père, mort pour la France sur le champ d’Honneur. Il doit devenir l’apprenti de son « oncle » Zio Alberto, un sculpteur à la fois brutal et médiocre, installé à Pietra d'Alba. Mimo est un petit génie (le jeune artiste, atteint Achondroplasie, ne dépassera jamais les 1,40 m) qui doit son prénom à l’autre Michel-Ange. Il fait la connaissance de Viola Orsini, fille unique d’une fratrie de quatre enfants.  C’est le début d’une longue amitié amoureuse. D’abord snobé par la puissante famille Orsini, Mimo leur devra bientôt toute sa fortune. Après de nombreuses péripéties à Florence et à Rome où son destin l’a conduit, il devient un artiste renommé, au service de l’Eglise puis du régime fasciste. Notre homme ne s’intéresse pourtant ni à la religion ni à la politique mais ses commanditaires le paient bien. Viola, quant à elle, est victime de sa trop grande intelligence et des règles patriarcales de son temps. Après avoir frôlé la mort pour réaliser son rêve de voler, elle s’étiole à petit feu dans un mariage imposé par sa famille. Nos deux héros se retrouvent par intermittences, toujours liées dans une relation forte mais tourmentée. Quelques décennies plus tard, Mimo se meurt dans un obscur monastère piémontais, gardien d’une Pietà captive du lieu, que le Vatican n’ose ni détruire ni exposer. Son secret ne nous sera dévoilé qu’à la toute fin du roman.

Veiller sur elle est un roman picaresque rythmé et peuplés de personnages dangereux ou juste tourmentés, souvent manipulateurs, mais aussi capables de noblesse. A cause du lieu de l’intrigue et, en dépit de la période évoquée, j’ai parfois pensé au roman de Luca Di Fulvio, Mamma Roma. J’y ai ressenti le même plaisir d’écriture de l’auteur. Un plaisir communicatif, selon moi. 

D'autres avis que le mien via Babelio et Bibliosurf

Veiller sur elle. Jean-Baptiste Andrea. L’Iconoclaste, 592 pages (2023)


Commentaires

  1. Voilà un roman qui récolte beaucoup d'éloges. Le premier roman de Jean-Baptiste Andrea ne m'a pas particulièrement marquée, je l'ai oublié...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Veiller sur elle" est un bon roman d'aventure, agréable à lire... c'est déjà beaucoup pour moi mais je pense qu'il ne me marquera pas plus que ça, en effet. Je soupçonne qu'il a obtenu le Goncourt grâce (entre autres) à ses thématiques inclusives : son portrait de femme exceptionnelle (Viola) et son talentueux héros nain.

      Supprimer
  2. De toute façon, les lecteurs se précipitent dessus en médiathèque, faut attendre. J'n profite pour dégager la PAL!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison. J'utilise une liseuse, je peux donc télécharger les livres numériques de la bibli. Par contre, j'ai été obligée de télécharger Adobe digital à cause des Droits numériques

      Supprimer
  3. c'est un roman marquant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu plaisir à lire ce roman mais tous les avis ne sont pas unanimes

      Supprimer
  4. Le billet d'Athalie ce matin n'est pas du tout aussi positif que le tien. Je n'ai pas été emballée par le seul titre que j'ai lu de l'auteur et celui-ci ne me tente pas vraiment.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai lu son billet. En effet, elle n'a pas beaucoup apprécié ce roman. Pour ma part, je l'ai lu comme un bon récit d'aventure.

      Supprimer
  5. Il a beau avoir eu le Goncourt, été chroniqué dans tous les sens, en réalité, même bien repéré en librairie, il n'a jamais vraiment attiré mon oeil donc je n'avais aucune idée du sujet ni dont ce que les gens en pensaient.^^ J'ai l'impression que même si c'est bien, ça reste quand même un "sans urgence".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contrairement à toi, j'avais repéré la couverture et il était sur ma liste avant de recevoir le Goncourt. Comme je disais, j'ai eu beaucoup de plaisir à le lire mais je ne pense pas qu'il me marquera plus que ça.

      Supprimer
  6. Je suis passée moi aussi par le blog d'Athalie, et du coup, elle m'a un peu refroidie. C'est un auteur qui ne m'a jamais tenté, mais j'envisageais d'offrir ce titre à Noël...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela dépend des goûts de la personne à laquelle tu souhaites offrir ce livre mais si tu n'es pas convaincue, il faut peut-être changer de cadeau.

      Supprimer
  7. Un roman que j'ai fini en avance rapide : j'en avais assez des aller-retours du personnage principal.

    RépondreSupprimer
  8. Si j'ai beaucoup aimé ce roman (je l'attendais impatiemment!), je ne l'ai pas préféré à ses deux précédents qui sont magnifiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai bien envie de tenter ma chance avec "Cent millions d'années et un jour". Tu l'as lu ?

      Supprimer
  9. J'ai beau ne quasiment plus lire de littérature française, je continue à empiler joyeusement les romans français sur mes étagères (la faute à une gigantesque brocante qui vend des milliers de livres à des prix absolument dérisoires). J'ai mis la main récemment sur les deux premiers titres de l'auteur que je lirai avant celui-ci, éventuellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Celui qui se passe dans la montagne, "Cent millions d'années et un jour", me plairait peut-être. Je l'ai inscrit sur ma liste à lire. Sinon, j'évite au maximum un certain nombre de lieux de perdition comme les bouquineries ou les librairies. Je tente de maîtriser un peu mon budget livres en allant à la bibli. Je n'y arrive pas toujours évidemment.

      Supprimer
  10. Je ne fais jamais attention aux prix littéraires, mais ce roman prouve que parfois, je devrais y prêter un peu plus attention. Merci pour ton avis, le cadre m'intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis l'actualité des prix littéraires les plus connus mais je n'en tiens pas toujours compte. C'est un critère parmi d'autres. Il y a , chaque année, beaucoup de controverses au sujet des prix.

      Supprimer
  11. Bon, finalement, il a quand même une qualité ce livre, il donne envie de voir (revoir) la vraie piéta ! Non, j'exagère ... L'aspect picaresque peut plaire, j'en discutais avec une amie lectrice hier, qui le comparait à Games of Thrones, il y a de ça, c'est vrai, dans les ingrédients romanesques de ce roman.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, ah, ça sent une future escapade en Italie!... Alors sinon, je n'ai pas lu ni vu Games of Thrones mais je me suis renseignée auprès de mes proches après avoir lu ton commentaire et on me confirme qu'on y retrouve quelques ingrédients identiques.

      Supprimer
  12. Bonjour je lis je blogue, je ne sais pas pourquoi mais je ne suis pas tentée plus que cela par ce roman. Dommage pour moi mais tant pis. Peut-être un jour, un emprunt en bibliothèque. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Dasola. Merci pour ton passage sur le blog. Je ne connais pas encore assez bien tes goûts pour tenter de te convaincre de lire ce roman. J'ignore effectivement s'il te plairait. Et puis, il y a tellement d'autres livres à lire... il n'y a pas de raison de te forcer si tu ne le sens pas.

      Supprimer
  13. je ne lis jamais les Goncourt mais j'avais vu une présentation de l'histoire, et je trouvais qu'il ne ressemblait pas vraiment à un futur lauréat (genre et nombre de pages) donc tant mieux s'il a gagné. Tu as aimé mais ce n'est pas non plus un coup de coeur, je passe mon chemin - mais tant mieux s'il pousse les gens à lire ce genre de romans

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour moi, le prix littéraire est un critère comme un autre. Je n'en tiens pas toujours compte, loin de là. Il y a de nombreuses controverses à ce sujet. Par exemple concernant le cercle des éditeurs toujours primés. Sauf erreur de ma part, c'est la première qu'un écrivain édité par L’Iconoclaste reçoit un tel prix. Je ne sais pas si c'est important. Je le note et voilà.

      Supprimer
  14. PHILIPPE D13.12.23

    Je vais le recevoir pour Noël. Je le lirai donc sous peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai hâte de connaître ton avis. Violette et Eimelle ont apprécié par contre Athalie et Alex n'ont pas aimé.

      Supprimer
  15. La Souris Jaune15.12.23

    Bonjour, Je lis je blogue, quel plaisir de découvrir ton blog ! Je commence par y lire cette chronique sur Jean-Baptiste Andréa et ce dernier livre, que je n'ai pas lu. J'ai véritablement adoré Cent millions d'années et un jour (mais je n'ai pas accroché à Ma reine). Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas envie de m'atteler à celui-là malgré tout le bien qu'on m'en a dit... Pas très fan de son point de départ, je crois... Ton résumé m'en dit un peu plus, en tout cas, merci ! La Souris jaune.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Merci pour ton commentaire. J'ai noté Cent millions d'années et un jour dans ma liste à lire. Je cherche justement des romans et des BD avec les montagnes pour décor. A bientôt !

      Supprimer
  16. Je te rejoins tout à fait, et Viola, quel beau personnage !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le déclin de l'empire Whiting. Richard Russo

La maison allemande. Annette Hess

Perspective(s). Laurent Binet

Supermarché. José Falero