L’incendie. Jennifer Lynn Alvarez

L’incendie. Jennifer Lynn Alvarez


Pour éviter les mauvais jeux de mots autour du feu, je dirai qu’il faut parfois un tout petit geste irresponsable, une simple minute d’inattention pour créer l’irréparable. C’est ainsi qu’on déclenche un feu incontrôlable, ravageant des centaines d’hectares de forêts et détruisant tout son passage (y compris des biens matériels et des vies innocentes). Que feriez-vous si vous étiez de jeunes adultes prêts à croquer la vie à pleines dents et responsables d’un tel cauchemar ? Iriez-vous vous dénoncer aux autorités compétentes ? Pourriez-vous supporter le poids de la culpabilité et continuer de vivre comme avant ? 

L’incendie est le premier polar de la romancière américaine Jennifer Lynn Alvarez. Le livre s’adresse d’abord aux adolescents mais les adultes amateurs de thrillers, ne s’y ennuieront pas. Le sujet de ce roman s’inspire d’un fait divers réel. En 2017, en effet, le comté de résidence de l’autrice été ravagé par l’un des incendies les plus destructeurs qu’ait connu la Californie. En revanche, le lieu de l’intrigue, Gap Mountain, est une bourgade fictive. Jennifer Lynn Alvarez a choisi de la situer près du parc national de Yosemite. C’est dans ce haut lieu touristique que vivent et se retrouvent les cinq protagonistes principaux, un groupe de lycéens qui se connaissent depuis l’enfance. Ils se sont rencontrés lors d’un stage de théâtre à l’origine de leur sobriquet collectif : les monstres. 

Lucas O’Malley (Luke) et Nathaniel Drummer, s’apprêtent à entrer dans la vie active tandis que les trois filles iront à l’Université. Hannah Warner, la narratrice fera des études de criminologie à San Diego pour suivre les traces de son shérif de père. Maureen Russo, que tout le monde surnomme Mo, souhaite devenir infirmière. Violet Sandoval, la riche héritière originaire de Santa-Barbara, est acceptée dans la prestigieuse université de Sandford. Evidemment, le petit groupe d’ados ignorent à ce stade que leurs dernières vacances vont virer au cauchemar, au point même de changer le cours de leurs destins si bien tracés. Leur amitié résistera-t-elle au terrible l’incendie qu’ils vont accidentellement déclencher près du fameux lac Gap ? La question cruciale étant de savoir s’il faut se dénoncer à la police sachant qu’aux Etats-Unis, un incendie, même involontaire, est considéré comme un crime. 

Il faut reconnaître que le roman de Jennifer Lynn Alvarez contient tous les ingrédients d’un "page turner" à l’américaine. En effet, la romancière déroule son intrigue sans écueil notoire mais sans originalité démesurée non plus. Bref, le lecteur obtient exactement ce qu’il espérait de ce type d’ouvrage : un roman haletant et agréable à lire. 

📌L’incendie. Jennifer Lynn Alvarez. Albin Michel Jeunesse, 504 p. (2022)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus