Les poupées. Alexis Laipsker

Les poupées. Alexis Laipsker


Cette histoire débute dans d’étranges circonstances puisque c’est un hasard qui conduit la police sur la piste d’un tueur en série. En effet, lors de l’arrestation de deux malfrats d’origine arménienne, le brigadier Fabre et son équipier font une macabre découverte. Six corps martyrisés exposés dans une ancienne chapelle au milieu de nul part. Ces meurtres n’ont clairement aucun rapport avec leur affaire de gang en cours. Le modus operandi suggère plutôt l’intervention d’un dangereux psychopathe. Le procureur décide donc de confier l’enquête à son plus brillant élément avec des moyens quasi-illimités. L’heureux élu est le commissaire Victor Venturi dit le Cow-boy, un flic à l’ancienne, un peu bourru et toujours pressé. Venturi réclame l’assistance du meilleur spécialiste en criminologie de la région et voit ainsi débarquer sur sa scène de crime la jeune mais néanmoins expérimentée Olivia Montalvert. "Menthe à l'eau", ainsi qu’on la surnomme, forme avec le Cow-boy, le duo le plus improbable de la Criminelle mais peut-être aussi le plus efficace. Leur quête de la vérité, très éprouvante physiquement et mentalement, va les conduire du sud de la France à Paris. Parallèlement à cette affaire, le Cow-boy, qui est sous le coup d’une enquête de l’IGPN, devra rendre des comptes au sujet de la mort d’un suspect.

Alexis Laipsker est l’auteur de deux autres thrillers intitulés respectivement Et avec votre esprit (2020) et Le mangeur d'âmes (2021) parus chez Michel Lafont. Il est clair qu’il connait bien les ressorts du polar et mène son intrigue tambour battant. Pour ma part, je suis bon public et je me laisse volontiers chahuter par les rebondissements à répétition, même lorsque les raccords sont un peu tirés par les cheveux. Grâce aux indices semés par l’auteur, j’ai deviné relativement vite une partie de l’intrique. Je n’ai pas boudé mon plaisir pour autant puisqu’il restait de nombreuses zones d’ombre à éclaircir. Pour conclure, je dirai que le roman d’Alexis Laipsker a tous les ingrédients pour convaincre la plupart des amateurs de thrillers.

📌Les poupées. Alexis Laipsker. Michel Lafont, 397p., (2022)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus