Un bref instant de splendeur. Ocean Vuong

 

Un bref instant de splendeur. Ocean Vuong

« Si la vie d’un individu, comparé à l’histoire de notre planète, est infiniment courte, un battement de cils, comme on dit, alors être magnifique, même du jour de votre naissance au jour de votre mort, c’est ne connaître qu’un bref instant de splendeur. »

Le narrateur de ce livre, à l’évidence l’alter ego d’Ocean Vuong, écrit une lettre à sa mère analphabète. Il s’agit de répondre à la question qu’elle lui a posée un jour : c’est quoi être écrivain. Mais la vraie question ici c’est plutôt : ça ressemble à quoi la vie d’un jeune américain d’origine vietnamienne, pauvre, homosexuel et qui porte les stigmates de deux autres générations traumatisées par la guerre ? 

A coup de flashs back et de circonvolutions, l’auteur évoque son enfance dans le Connecticut entre sa mère parfois violente et sa grand-mère schizophrène. Toutes les deux portent des noms de fleurs Hong (Rose) et Lan (Orchidée) comme pour conjurer la laideur ambiante. Lan, la grand-mère du narrateur, le surnomme affectueusement (si, si) Little Dog. Elle lui explique que sa mère le frappe parce qu’elle est malade (elle souffre). L’enfant ne semble pas tenir rigueur à sa mère de ses accès de colère. Du père de Little Dog, en revanche, nous ne saurons pas grand-chose à part qu’il fait de la prison et qu’il violentait son épouse. Rose travaille dans un salon de manucure où elle est exposée toute la journée aux vapeurs de produits chimiques et doit céder aux exigences des clientes. Elle ne parle pas bien Anglais et ne sait pas écrire. Au Vietnam, elle n’a guère été à l’école, si bien que même son vietnamien reste rudimentaire. Elle est la fille, trop blanche selon ses compatriotes, d’un soldat américain posté au Vietnam pendant la guerre.  Lan, sa mère, l’avait rencontré dans un bar où elle se prostituait. La seconde partie du roman est surtout dédiée à la relation amoureuse que le narrateur a entretenue avec Trevor, son premier amour rencontré à l’occasion d’un job d’été dans une plantation de tabac. Le moins qu’on puisse dire c’est que son amoureux est un jeune homme perturbé. 

J’ai lu des critiques dithyrambiques au sujet de cet ouvrage et je dois dire que je ne partage pas cet enthousiasme. Il y a effectivement de belles phrases, très poétiques (même si je ne les trouve pas toujours intelligibles). La chronologie est décousue mais ce n’est pas ce qui m’a le plus gênée. Il me semble que l’auteur insiste beaucoup (trop) sur son initiation charnelle, nous abreuvant inutilement de passages crus sur ses relations sexuelles avec Trevor. Néanmoins, le roman d’Ocean Vuong reste très intéressant car il évoque de nombreux sujets comme la recherche identitaire, l’amour filiale, l’exil, la pauvreté, le racisme ou le deuil.

D’autres avis que le mien : chez Kathel et via Bibliosurf 

Lecture dans le cadre du challenge dédiée à l'Asie du sud-est, organisé par Sunalee

Un bref instant de splendeur. Ocean Vuong, traduit par Marguerite Capelle. Gallimard, 304 pages (2021) / Folio, 336 pages (2022)


Littératures d'Asie du Sud-Est

Commentaires

  1. Le roman, je ne sais pas, mais le prénom de l'auteur et la couverture du livre, ça j'aime! ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord. D'ailleurs, c'est l'image en couverture qui a attiré mon regard en premier.

      Supprimer
  2. J'ai entendu parler de cet auteur à moins que je ne confonde avec un homonyme. En tous les cas ton avis mitigé et tes bémols ne me donnent pas envie de le lire pour l'instant. Merci pour cette chronique sincère et pour la découverte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut peut-être pas se fier à mon seul avis. Ce roman a beaucoup de critiques positives sur Internet.

      Supprimer
  3. J'avais commencé ce roman mais je l'ai abandonné, avant même d'arriver à la relation homosexuelle. Je n'accrochais pas du tout au style trop compliqué.
    Merci pour ta seconde participation, et puis, ça fait deux challenge en un coup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, ça me rassure un peu que tu n'aies pas accroché non plus. Je me sentais un peu seule.

      Supprimer
  4. Je n'ai pas de problème avec les récits d'enfances cabossées et de traumatismes transgénérationnels, mais plus avec les phrases absconses ;-D Je passerai donc mon tour malgré ce beau titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine que ça dépend de la sensibilité de chacun. Pour ma part, j'ai eu du mal avec le style même si j'ai trouvé certains passages joliment tournés.

      Supprimer
  5. Je crois que j'aurais les mêmes réserves que toi. Ce genre de livres quasi autobiographiques ressemble souvent à une sorte de thérapie par l'écriture. On apprécie l'histoire et les thèmes autour, le contexte familial qui illustre le poids du passé, mais les histoires intimes de l'auteur, bon...^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as mis le doigt dessus. Effectivement c'est l'aspect autofiction / thérapie qui me hérisse un peu. Sinon, il y avait un intérêt à parler de la première relation intime entre les deux garçons mais la description minutieuse des suivantes étaient peut-être de trop.

      Supprimer
  6. Je ne suis pas très tentée et tes bémols m'arrangent rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sunalee a abandonné le livre mais tu changeras peut-être d'avis quand Ingannmic publiera son billet.

      Supprimer
  7. Je l'ai lu ce week-end ! J'ai trouvé l'écriture extraordinaire, et certains passages vraiment poignants, mais j'ai été un peu gênée par l'aspect un peu chaotique de la fin. Mon billet ne paraîtra que début avril.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le hasard fait bien les choses ! J'ai hâte de lire ton avis surtout s'il est différent du mien. Je suis passée un peu à côté du livre et sans doute de la poésie de l'écriture. La seconde partie a été fastidieuse en effet.

      Supprimer
  8. Je crois que j'avais noté, tu me refroidis parce qu'il est fort possible que j'aie les mêmes réticences que toi... à voir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sunalee n'a pas aimé mais Ingannmic semble avoir apprécié davantage que nous le style de l'auteur. Il serait intéressant d'avoir encore un avis.

      Supprimer
  9. Je ne suis pas du tout sûre d'aimer ce livre .
    PS
    J'ai le même problème qu'avec le blog de Keisha je ne peux pas mettre de commentaires à partir de mon ordinateur, mais je peux avec mon téléphone....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, c'est compliqué avec blogger ! J'en profite pour te remercier de ta patience. Je me demande si ce n'est pas une question de navigateur. Je vais voir si je trouve la réponse sur le centre d'aide.

      Supprimer
  10. Ce livre avait fait beaucoup parler de lui à sa sortie et je l'avais noté assez rapidement sur ma wishlist avant de l'oublier. Les thèmes de la migration, de l'exil et de la quête identitaire sont des thèmes qui me tiennent très à coeur donc forcément... En ce qui concerne l'écriture, j'ai effectivement vu que soit elle plaisait soit pas du tout, je serais malgré tout curieuse de me faire mon propre avis. Un jour ;-) En ce qui concerne les longueurs et les descriptions détaillées des relations sexuelles (homo- comme hétéro), je n'en comprends pas vraiment l'intérêt. J'ai d'ailleurs, entre autres, abandonné ce mois-ci un roman pour cette même raison justement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout dit. Les thèmes sont intéressants mais l'écriture est singulière. ça plait énormément ou pas du tout. Pour les relations charnelles, je précise que je me fiche aussi qu'elles soient hétéros ou homos.

      Supprimer
  11. Merci pour le lien vers mon billet... nos avis se rejoignent, je n'avais pas trop accroché au style ni à l'aspect auto-fictionnel...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, j'avais vu tes bémols. Nos avis se rejoignent

      Supprimer
  12. pas certaine d'accrocher, à voir si je le trouve à la bibli!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les avis sont contrastés concernant ce roman. Il faut essayer

      Supprimer
  13. PHILIPPE21.2.24

    J'aime la couverture, le titre m'attire, mais je pense que je n'aimerais pas ce bouquin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ingannmic l'a apprécié. Il ne faut peut-être pas se fermer.

      Supprimer
  14. Thaïs23.2.24

    En fait entre ta chronique et les commentaires je suis partagée. Je ne connais rien de l’auteur. L’aspect thérapie ne me gêne pas mais l’aspect chaotique du récit à la fin, oui. Je me dis que je peux faire une belle découverte et puis j’ai tellement une propension à vite abandonner si les livres ne me plaisent pas, je ne risque rien. Belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand les livres ne me plaisent vraiment pas, je n'ai pas de sentiment de culpabilité à abandonner ma lecture. La vie est courte et il y a tellement à lire. Cela dit, il m'arrive de me forcer un peu quand je sens que le livre est bon mais que je n'arrive pas à entrer dedans

      Supprimer
  15. La couverture est très attirante... mais l'intérieur beaucoup moins, et ton avis confirme que ce roman n'est pas pour moi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai été attirée par la couverture du livre... et par les avis positifs que j'ai pu lire sur Internet. L'écriture est tantôt poétique, tantôt crue. La narration n'est pas linéaire ce qui peut gêner certains lecteurs mais les sujets aborder sont intéressants.

      Supprimer
  16. J'avais un peu envie de lire ce livre mais tes bémols me freinent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut peut-être pas se fier à mon seul avis. Ingannmic a apprécié le roman et surtout le style de l'auteur.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Trust. Hernan Diaz

Sur les ossements des morts. Olga Tokarczuk

Veiller sur elle. Jean-Baptiste Andrea

La maison allemande. Annette Hess

Le Château des Rentiers. Agnès Desarthe