Le Refuge. José Fonollosa

Le Refuge. José Fonollosa


Le refuge est une BD documentaire dont le narrateur est l’auteur lui-même. Arrivé à la quarantaine, José Fonollosa décide de s’engager dans le bénévolat. Ce propriétaire de chats ne connaît pas grand-chose aux chiens mais ce n’est pas grave. Il apprend (parfois à ses dépens) que les animaux réclament une grande attention et beaucoup d’affection. Comme il n’a pas beaucoup de mémoire, il a fait son propre classement de races canines en fonction du physique des pensionnaires : le type berger allemand, le type boxer, le type chien de chasse et le type bâtard. Il a un peu de mal à retenir le nom de chaque individu et fait quelques gaffes mais sa bonne volonté est son meilleur atout.

Chaque samedi matin, le dessinateur abandonne donc ses crayons et ses pinceaux, enfourche son vélo et pédale pendant 3 ou 4 km pour rejoindre le refuge. Ce lieu, situé en pleine campagne, dans la région de Valence en Espagne, est géré par la SPAX, l’Association de Protection des Animaux de Xàtiva. Les chiens sont répartis dans 4 box qui doivent être régulièrement nettoyés. Quique et Salva, les gardiens du lieu, leur ouvre les portes chaque matin pour qu’ils puissent se dégourdir les pattes. Les chiens attendent néanmoins le samedi avec impatience car c’est le jour des parrains et donc des promenades en rase campagne. 


Le Refuge. José Fonollosa - P14-15


José Fonollosa décrit avec humour son arrivée au refuge, le travail quotidien du personnel, les missions de l’Association, les familles d’accueil temporaire, la procédure d’adoption, etc. Il insiste sur la nécessité de traiter les animaux avec patience et bienveillance même si certains sont un peu caractériels. Ils n’ont pas toujours été bien traités avant leur arrivée au refuge et l’abandon est aussi une expérience traumatisante pour nos amis canins. Il faut parfois du temps pour qu’ils fassent de nouveau confiance aux humains. 

L’album de José Fonollosa est à la fois drôle et émouvant. La dernière partie, dont on ne peut nier la nécessité, s’attarde sur les statistiques (pertes d’animaux, abandons et adoptions en Espagne) et les conseils pratiques (stérilisation, puces d’identification, etc). Cette partie pédagogique est la plus laborieuse mais je ne sais pas s’il existe une manière moins pesante d’aborder ses sujets. L’auteur a fait de son mieux. 


Le Refuge. José Fonollosa - P22-23


José Fonollosa aurait pu adopter une approche fictionnelle mais il aime explorer des genres différents comme le montre ses œuvres précédentes. José Fonollosa a notamment publié une série de chroniques animalières dédiée à ses chats (Miou, tomes 1 et 2, Editions Diabolo), un one-shot pour la jeunesse sur le thème des vampires (Vampi, éditions Kramiek) ou encore un album parodique intitulé Walking Raides (éditions 12 Bis).

📌Le Refuge. José Fonollosa, traduit par Chloé Marquaire. Editions Rue de l’échiquier, 96 pages (2023)


Commentaires

keisha a dit…
Ah, une BD pour moi, qui regarde parfois une émission sur les refuges (perte de QI à ce moment = 50) Mais je sais que je ne dois pas mettre les pieds là-bas, je craquerais pour les chats (j'en ai déjà un)
Pour les chiens, moins e risque, je ne sais pas trop comment ça se gère; pour un chat c'est facile : c'est lui le chef
manou a dit…
Je découvre grâce à toi cette BD documentaire. Je ne connaissais pas cet auteur et seul "Vampi" est dans ma médiathèque. A voir donc !
je lis je blogue a dit…
J'ai découvert José Fonollosa à travers cette BD à la fois engagée et très personnelle. J'ai été émue par ce témoignage. Je crois que ses autres albums sont très différents.
je lis je blogue a dit…
Comme je te comprends ! J'aimerais aussi m'engager davantage que par des dons mais je sais que je risque de craquer pour un ou plusieurs animaux. Nous avons instauré une limite chez nous : pas plus de chats que d'humains à la maison. J'aime aussi beaucoup les chiens mais il faut les "éduquer" et je ne sais pas faire.
Anonyme a dit…
Penses-tu que cela puisse parler à un jeune lectorat ? J'en connais une qui est passionnée par le sujet et qui serait sûrement réceptive (en plus de moi). Le risque : qu'on doive ensuite passer nos week-ends dans des refuges (mais je serai la première à adorer je crois).
Aifelle a dit…
Ma bibliothèque ne l'a pas, dommage.
je lis je blogue a dit…
Je crois que ça peut passer pour un adolescent même si le narrateur est un quadragénaire
je lis je blogue a dit…
C'est un album à la fois touchant et très pédagogique. C'est dommage qu'il ne soit pas dispo à la bibli
Fanja a dit…
Ah c'est une bonne idée de cadeau pour les amis des chiens et je pourrais en profiter pour lire l'album. Il n'est pas dispo dans mes biblis non plus...
je lis je blogue a dit…
Je crois que l'éditeur n'est pas très connu. Je suis tombée par hasard sur cet album mais je ne l'ai pas beaucoup vu en librairie ou sur les blogs. Ce n'est pas la BD du siècle mais elle est agréable à lire. Les dessins sont relativement classiques et servent bien l'histoire. La dernière partie en agacera peut-être certains pour son coté pédagogique (d'aucuns diront moraliste) mais il me semble qu'elle est nécessaire. C'est une BD engagée mais il y a de l'humour aussi.
Géraldine a dit…
Ah mais je note carrément ! Cette BD est pour moi, qui ai été bénévole à la Spa et dans une asso de protection féline pendant plusieurs années. Hop, je conseille de ce pas l'acquisition de cette BD à la bib où je suis bénévole ! merci pour cette découverte !
je lis je blogue a dit…
Je suis ravie de ton enthousiasme. La BD devrait te parler en effet. Je suis admirative aussi car je ne trouve pas le temps pour me consacrer au volontariat. Je fais des dons, ce qui me donne meilleure conscience. Je pense que ça aide aussi de toute façon.

Posts les plus consultés de ce blog

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus