Et l'île s'embrasa. John Vasquez Mejías

 

Et l'île s'embrasa. John Vasquez Mejías

Cet album est une petite pépite qui m’a littéralement bluffée. Plus qu’une simple bande dessinée, il s’agit d’un véritable objet d’art. Les illustrations sont des gravures qui ont nécessité un travail minutieux puisque chaque planche de l’album correspond à un morceau de bois. On imagine également la difficulté pour réaliser un lettrage lisible. John Vasquez Mejías a mis plus de 6 ans à réaliser cette œuvre parallèlement à son métier de professeur d’art. Ne trouvant pas de distributeur aux Etats-Unis, il a dû opter pour l’autoédition. En France, le roman graphique est édité par un éditeur collectif d’origine toulousaine. 


Et l'île s'embrasa. John Vasquez Mejías - Prologue


Les racines familiales de John Vasquez Mejías sont portoricaines. L’île natale de ses parents est toujours un territoire organisé non incorporé (à l’Union) des États-Unis, ce qui fait de Porto Rico, la plus vieille colonie du monde. A travers son œuvre singulière, l’auteur a voulu mettre en lumière un pan méconnu de son l’histoire. Il s’agit de l’Insurrection des indépendantistes portoricains dont le leader était Pedro Albizu Campos. Le 30 octobre 1950, plusieurs villes s’embrasèrent simultanément dans l’île des Grandes-Antilles. La révolte fut réprimée dans le sang et de nombreux militants furent condamnés à de fortes peines de prison. Cependant, l’auteur n’oublie pas de signaler qu’il y a eu aussi des victimes dans l’autre camp. 


Et l'île s'embrasa. John Vasquez Mejías. Chap 4


Il n’est pas si facile de résumer l’intrigue puisque la narration n’est pas linéaire. Par ailleurs, elle est interrompue par un interlude de quatre pages. C’est une sorte de pause zen destinée à alléger un peu le scénario très lourd émotionnellement. La fantaisie de John Vasquez Mejías est imprégnée de ce réalisme magique si emblématique des auteurs latinos. On ne sera donc pas surpris de croiser les fantômes du Mahatma Gandhi et du révolutionnaire républicain irlandais Michael Collins. L’humour et l’esthétisme sont les remèdes de notre illustrateur à la pesanteur du propos. 


Et l'île s'embrasa. John Vasquez Mejías. Persos


L’ouvrage est complété par qu’une série de portraits des principaux protagonistes de la révolte de 1950 ainsi qu’un texte du professeur Edwin A. Sierra González sur l’histoire de Porto Rico. Une interview de John Vasquez Mejías, au sujet de son travail d’auteur et d’artiste, clôture l’album. 

Et l'île s'embrasa. John Vasquez Mejías. Editions Ici-Bas, 128 pages (2023)


Commentaires

  1. Pas sur que j'adhère, mais l'objet parait bluffant et original!

    RépondreSupprimer
  2. La pesanteur du propos et du graphisme : c'est très noir.

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai récemment croisé sur un autre blog, mais j'ai oublié lequel ... Je note, les titre Portoricains ne courent pas les rues, c'est une excellent suggestion pour le Mois Latino !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense aussi mais je n'ai pas pu attendre. Cet album m'intriguait trop

      Supprimer
  4. Ça semble être une sacrée curiosité. Ça me fait penser à mon autre BD en partie en broderie, là aussi assez bluffant. Je doute de trouver cet album dans mes biblis, mais je la feuilletterais bien en librairie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, l'auteur a réalisé un travail extraordinaire et le résultat est magnifique.

      Supprimer
  5. Le procédé et le message sont fort intéressants mais cette sorte de BD me semble bien fastidieuse à lire. En tout cas merci , je n'avais jamais vu passer ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai eu peur au début, en effet, que l'album soit difficile à lire et ce n'est finalmeent pas du tout le cas. Le textes dans les bulles est très lisible et la forme de narration ne nuit pas à la compréhension de l'histoire

      Supprimer
  6. Ne connaissant rien à Porto Rico, je note cette BD. L'auteur a l'air d'avoir fait un travail de titan...

    RépondreSupprimer
  7. Oh, quelle merveille ! En plus, j'ai découvert cet été un peu de l'histoire de Portorico par le biais d'un roman (et réalisé que je ne connaissais absolument rien de ce pays) alors je pense que ce titre somptueux va atterrir sur ma liste de Noel !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil, je ne connaissais rien de cette île avant de lire cet album! La BD est très noire mais superbe.

      Supprimer
  8. Le graphisme est assez impressionnant, je serais curieuse de découvrir. :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le déclin de l'empire Whiting. Richard Russo

La maison allemande. Annette Hess

Perspective(s). Laurent Binet

Veiller sur elle. Jean-Baptiste Andrea

Supermarché. José Falero