Plein ciel. Pierre-Roland Saint-Dizier & Michaël Crosa

Plein ciel. Pierre-Roland Saint-Dizier & Michaël Crosa


Ce roman graphique commence par un fait divers. Nous sommes dans les années 90, dans la résidence Plein Ciel à Mulhouse. Emile, 78 ans, tombe du 17e étage de son l'immeuble. S’agit-il d’un accident ou d’un suicide ? Quelques voisins proches de la victime apprennent bientôt que le septuagénaire avait laissé des consignes posthumes à leurs intentions. Chacun s’interroge. Quel incident dans la vie d’Emile aurait pu l’inciter à se donner la mort ? Même Martine, son amie qui le connait depuis plus de 30 ans, ignore ses motivations. Ils ont emménagé là presque en même temps, avec leurs familles respectives. Dans les années 60, la dernière tour n’était même pas encore achevée. Dans une autre vie, ils auraient peut-être vécus une belle idylle mais aucun des deux ne souhaitait briser son ménage. 


Plein ciel. Pierre-Roland Saint-Dizier & Michaël Crosa P22-23


Les enfants ont grandi dans la cité puis sont partis construire leurs propres vies. Le fils d’Emile ne s’entendait pas avec son père et ne le voyait plus depuis la mort de sa mère. Les voisins l’aperçoivent fugitivement à la cérémonie d’enterrement mais il leur interdit de suivre le convoi funéraire jusqu’au cimetière. Un coup dur pour cette tribu d’adoption. Et puis, peu de temps après, l’appartement d’Emile est vidé et mis en vente. Deux jeunes hommes, que personne ne connait, investissent bientôt les lieux. La vie continue dans la résidence ? Rien n’est moins sûr…


Plein ciel. Pierre-Roland Saint-Dizier & Michaël Crosa P26-27


Quel bel hommage Pierre-Roland Saint-Dizier rend-t-il à la cité de son enfance ! L’histoire est portée par une émouvante galerie de portraits et de magnifiques dessins. J’adore la manière dont Michaël Crosa, le dessinateur, met en scène les appartements des différents protagonistes. Le quartier et l’immeuble ne sont pas de simples décors, ils sont des personnages à part entière, les héros de ce roman graphique. J’ai été impressionnée par la précision et la beauté du trait. Les visages des protagonistes, en particulier celui de Martine, sont très expressifs. Enfin, l’illustrateur a su redonner vie aux années 60 et 70, non seulement à travers ses personnages mais aussi l’atmosphère des lieux. Les planches sont magnifiques. Un livret en fin d’ouvrage donne des informations supplémentaires sur la création de cette bande dessinée et l’histoire du quartier des Coteaux qui l’a inspirée. 


Plein ciel. Pierre-Roland Saint-Dizier & Michaël Crosa P34-35


📌Plein ciel. Pierre-Roland Saint-Dizier (scénario) & Michaël Crosa (dessins). Ankama, 96 pages (2023)


Commentaires

Fanja a dit…
C'est vrai que graphiquement, ça donne envie de plonger dans cet album. Belle trouvaille ! Il n'y a plus qu'à espérer que mes biblis l'aient.
je lis je blogue a dit…
La BD est parue le 1er septembre. Il faudra donc peut-être un peu de temps pour l'avoir en bibli... mais peut-être à temps pour le challenge "Sous les pavés, les pages" chez Ingannmic en novembre. Je pense que ça doit entrer dans la thématique.
keisha a dit…
Je lis ta réponse précédente, ça explique que 'rien en bibli' Très tentée cependant.
Ingannmic, a dit…
C'est exactement ce que j'étais en train de me dire. Je garde le lien pour l'ajouter au récap de l'activité, je triche un peu mais ce n'est pas bien grave !
Aifelle a dit…
Je vais encore faire une suggestion à la bibliothèque (en général ça marche)
je lis je blogue a dit…
C'est une histoire très humaine et les dessins sont magnifiques
je lis je blogue a dit…
J'avoue que je n'ai pas pu attendre pour la lire et j'ai pensé que ça pourrait donner des idées à d'autres pour le thème
je lis je blogue a dit…
je dois toujours me réinscrire à la bibliothèque mais je ne trouve jamais le temps.
Sacha a dit…
Les graphismes m'attirent beaucoup! Et l'histoire a l'air très chouette aussi. Merci pour cette découverte !

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus