Jolies Choses. Janelle Brown

Jolies Choses. Janelle Brown



En Californie, il n’y a pas que des palmiers et des longues plages de sable fin. Il y a aussi des zones de montagnes couvertes de sapins. Par exemple, autour du lac Tahoe, situé à la frontière du Nevada, on trouve de luxueuses stations de sports d’hiver qui n’ont rien à envier à celles d’Aspen au Colorado. C’est dans l’un de ses endroits que vit désormais Vanessa, héritière de la famille Liebling. La jeune femme est bien connue des cercles de l’élite étatsunienne mais aussi du grand public via son compte Instagram. Plus de 500 000 followers postent des commentaires dithyrambiques chaque fois qu’elle s’affiche sur les réseaux sociaux, partageant ses escapades dans des endroits de rêve, inaccessibles à la majorité de ses fans. Ils ignorent évidemment que tout n’est que poudre aux yeux. Les robes de créateurs cachent une réalité moins flamboyante. En effet, depuis plusieurs années, Vanessa et sa famille, accumulent les drames au point que la jeune héritière a décidé de se retirer dans son fief familial de Stonehaven au bord du lac Tahoe. Pour tromper l’ennui, elle loue le pavillon du gardien à des touristes de passage.

Aux antipodes de cette vie de luxe et d’oisiveté, il y a des personnes comme Nina Ross. Officiellement antiquaire de métier, la jeune femme est en réalité une monte-en-l'air expérimentée. Avec Lachlan, son complice d’origine irlandaise, elle monte de petites escroqueries pour soutirer quelques milliers de dollars aux milliardaires californiens. La plupart d’entre eux ne s’en rendent même pas compte ! Et lorsque c’est le cas, les victimes évitent de porter plainte pour ne pas attirer l’attention. Tous ces coups permettent à Nina de payer les factures de sa maison et celles des soins médicaux pour sa mère atteinte d’un cancer. Jusqu’au jour où… Nina apprend que Lily a rechuté. Seul un traitement expérimental prohibitif pourra la sauver. La jeune femme, qui a un passif avec la famille Liebling,  décide de faire une pierre deux coups. Ne serait-ce pas le bon moment pour se venger et mettre la main sur le pactole ? Ainsi débute un huis-clos qui réunit Vanessa, Nina et son complice au bord lac Tahoe. Les deux arnaqueurs ont réservé la chambre d’hôte de Stonehaven sous de fausses identités pour évaluer les richesses de la demeure de maîtres. Comme on s’en doute, les évènements ne prendront pas la tournure escomptée.

Le roman de Janelle Brown est habillé d’une couverture presque sobre : noire avec des motifs scintillants (qui ne se voient pas sur la photo). On constate par ailleurs que le texte sur le bandeau n’est pas vraiment humble. L’éditeur présente l’ouvrage comme « Le livre phénomène aux USA ». J’ai peut-être une imagination trop fertile mais l’expression m’évoque des foules en furie se ruant sur les rayons des librairies pour s’arracher le fameux livre ! Un peu excessif, n’est-ce pas ? Plus raisonnablement, je dirais que Jolies Choses est un roman d’excellente facture. Janelle Brown entraîne son lecteur dans une intrigue enlevée et pleine de rebondissements avec des personnages parfaitement crédibles (si ce n’est attachants). Ici, je tiens à préciser qu’il ne faut pas confondre la romancière avec son homonyme qui sévit justement sur Instagram, l’héroïne blonde de Sister Wives, une émission de téléréalité sur les polygames. Non, la Janelle Brown des Jolies Choses (Pretty Things en version originale) est journaliste, diplômée de l’UC Berkeley, et travaille pour des publications sérieuses comme pour le New York Times, Wired, Los Angeles Times etc. Par ailleurs, elle a publié 5 livres dont 3 figurant dans la liste des bestsellers du New-York Times :  I'll Be You (2022), Pretty Things (2020), Watch Me Disappear (2017), This Is Where We Live (2010) et All We Ever Wanted Was Everything (2008). 

📌Jolies Choses. Janelle Brown. Les Arènes, 624p. (2022)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus