Paris-Briançon. Philippe Besson

 Paris-Briançon. Philippe Besson


Philippe Besson nous propose ici un huis clos dans le train de nuit qui relie Paris à Briançon. Certes, il ne s’agit pas d’un polar à la manière d’Agatha Christie, mais il y a quand même une bonne dose de suspense. C’est d’ailleurs l’une des forces de ce roman puisque le lecteur sait qu’il y aura des morts. L’auteur nous en informe d’entrée de jeu : « Pour le moment, les passagers montent à bord, joyeux, épuisés, préoccupés ou rien de tout cela. Parmi eux, certains seront morts au lever du jour. » 

Et voilà, le piège se referme, le lecteur ne peut plus s’extraire de sa lecture, il veut savoir qui seront les victimes de la tragédie ! Il se surprend à chercher des indices. Evidemment, Philippe Besson ne laisse rien filtrer, même face à François Busnel, lors de son interview sur le plateau de La grande librairie, le 19 janvier dernier !

L’un des passagers mérite-t-il de mourir ? Bah non, justement. Voilà l’autre force du roman : le lecteur s’attache aux personnages que Philippe Besson a su rendre si humains. Car, à la faveur de la nuit et des rencontres que l’on sait éphémères, chacun laisse tomber le masque. C’est tellement plus facile de se confier à un(e) inconnu(e). A priori, sans conséquence…

Quelles sont les points communs entre un couple de retraités et un groupe d’étudiants, un médecin généraliste parisien et un jeune montagnard sportif, un représentant de commerce et une mère de famille débordée ? Philippe Besson les a trouvés. Et il incite tous ces inconnus à l’échange, l’empathie, la solidarité… voire plus, si affinités. 

A l’instar d’une enquête criminelle, la catastrophe ferroviaire nécessite de designer un coupable. Cette partie-là, Philippe Besson ne l’aime pas, ça se sent bien. L’auteur évoque rapidement les conséquences de l’accident, ceux qui s’en emparent, l’annoncent brutalement via les réseaux sociaux… et puis l’acharnement médiatique et judiciaire qui suivra sans doute parce qu’il faut bien que quelqu’un paie pour les morts. 

Paris-Briançon est un roman qui nous questionne avant tout sur le destin, les hasards et les injustices de la vie. Que faire de cela ? Chacun a sa propre réponse. 

📌Paris-Briançon. Philippe Besson. Julliard, 208 p. (2022)


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus