Les corps solides. Joseph Incardona

Les corps solides. Joseph Incardona


Difficile de rester accroché à ses rêves, et parfois même à ses principes, lorsque le sort s’acharne, vous pousse toujours plus fort, plus loin vers la marge. Anna et son fils, en font l’amère expérience. Après un stupide accident de la route, Anna perd son gagne-pain, un camion-rôtissoire. Lorsque l’assurance refuse de la rembourser, elle n’est pas loin de perdre aussi son logement, un mobil-home amarré en lisière de plage. Mais cette mère célibataire, ancienne surfeuse, ex-sportive de haut-niveau, est une battante. Elle ne lâchera rien ! Léo, son fils de 13 ans, veut l’aider à sa façon. Il l’a inscrite secrètement à une émission de télé-réalité. Le but est de rester accroché à une voiture, un 4x4 toutes options, le plus longtemps possible. Il y aura 9 autres candidats tous plus désespérés et déterminés que les autres. Le gagnant remportera le véhicule d’une valeur de 50 000 euros. Anna est sélectionnée. Elle refuse. Son fils insiste car il n’a pas conscience des compromissions que ce jeu implique. Et puis le malheur frappe encore et Anna cède. 

Joseph Incardona dresse le portrait de deux êtres libres, égratignés par les réalités du système capitaliste et brièvement attirés par les sirènes de la société du spectacle. Personne n’est parfait. Anne et Léo commentent des erreurs, cèdent parfois à la facilité, comme chacun d’entre nous. En retour, le malheur s’acharne à un tel point que le lecteur s’agace un peu de leur naïveté. A l’image de son héroïne s’accrochant à un rêve de métal, l’auteur tient à son propos, le défend coûte que coûte, au risque d’effleurer le manichéisme. 

Je n’ai pas lu La soustraction des possibles (Finitude, 2020), le précédent roman de Joseph Incardona qui semble avoir remporté un succès d’estime. Les critiques lues dans la presse spécialisée sont très élogieuses. Pour ma part, je découvre avec grand plaisir cet écrivain qui est l’auteur d’une douzaine de romans et nouvelles récompensés par plusieurs prix littéraires. 


Extrait :

« Les phares de la camionnette éclairent la route en ligne droite. On pourrait les éteindre, on y verrait quand même, la lune jaune rend visibles les champs en jachère aussi loin que porte le regard. La nuit est américaine. La fenêtre côté conducteur est ouverte, il y a l’air doux d’un printemps en avance sur le calendrier.

De sa main libre, Anna tâtonne sur le siège passager et trouve son paquet de cigarettes. À la radio, une mélodie lente accompagne le voyage; et quand je dis que la nuit est américaine, c’est qu’on pourrait s’y croire avec le blues, la Marlboro et l’illusion des grands espaces.

La cigarette à la bouche, Anna cherche maintenant son briquet. Elle se laisse aller à un sourire de dépit après la nouvelle perte sèche d’une journée avec si peu de clients. Demain, elle réchauffera le surplus de ses poulets et fera semblant de les avoir rôtis sur la place du marché. C’est comme ça qu’on étouffe ses principes, sous la pression d’une situation qui vous étrangle.

Qu’on étouffe tout court »


Les corps solides. Joseph Incardona. Editions Finitude, 272 p. (2022)


Commentaires

  1. Je ne connais que le nom de l'auteur, en fait.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai découvert avec ce livre

    RépondreSupprimer
  3. Je ne sais pas si je pourrais apprécier le sujet ; tout ce qui touche à la téléréalité m'horripile. Je n'avais pas lu non plus le précédent roman de l'auteur, mais j'ai lu pas mal de billets élogieux.

    RépondreSupprimer
  4. Je te comprends. D'un autre côté, le "jeu" ne commence que dans la seconde partie du livre.

    RépondreSupprimer
  5. Je recommande sans réserve "Derrière les panneaux il y a des hommes", roman noir et original par son contexte, à l'écriture nerveuse, qui est mon préféré à ce jour de l'auteur (ceci dit, je n'ai lu que 3 de ses titres).
    J'ai d'ailleurs eu l'occasion, pas plus tard qu'hier, de le dire à Joseph Incardona lui-même, puisqu'il était présent au salon du livre de poche qui se déroulait ce week-end près de chez moi. J'en ai aussi profité pour acheter Ls soustraction des possibles (si une LC te tente...).
    Et c'est un homme par ailleurs tout à fait charmant !

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour ces conseils. Effectivement, je devrais peut-être renouveler l'expérience avec cet auteur.

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour, je viens d'acquérir ce roman pour la bibliothèque loisir dont je m'occupe. J'ai lu beaucoup de critiques élogieuses sur ce romancier et je pense que ce roman devrait plaire. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  8. Pour ma part, je n'ai lu que celui-ci mais il y a effectivement beaucoup de critiques élogieuses de son œuvre

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Clara lit Proust. Stéphane Carlier

La petite bande. Vincent Jaury

Au vent mauvais. Kaouther Adimi