Le Commerce des Allongés. Alain Mabanckou

Le Commerce des Allongés. Alain Mabanckou


Le Commerce des Allongés d’Alain Mabanckou est l’un de mes coups de cœur de la rentrée. Cette fable moderne, où se côtoient le mode des vivants et celui des morts, nous conduit dans la ville de Pointe-Noire au Congo-Brazzaville. C’est l’histoire du jeune Liwa Ekimakingaï, décédé le jour de la fête de l’indépendance. Ses funérailles se déroulent sur plusieurs jours, comme il est de coutume dans ce pays. Sa grand-mère bien-aimée, Mâ Lembé, aidée de ses collègues du Grand Marché, veillent à ce qu’il reçoive tous les honneurs dus aux défunts. Mais avant de profiter sereinement de sa concession au "Frère-Lachaise", le jeune macchabée a encore quelque chose à régler ici-bas. Les autres locataires du cimetière tentent de l’un dissuader. Le lecteur voit ainsi défiler tour à tour l’Artiste, le DRH ou la Femme-Corbeau qui viennent lui raconter leurs histoires personnelles. A ce stade, nous ignorons toujours comment le jeune homme a trouvé la mort mais le récit de ses dernières heures se tisse en fil des pages. 

Je découvre l’écriture romanesque d’Alain Mabanckou grâce à cet ouvrage et je dois dire que c’est une très belle surprise. A travers le destin de son héros, c’est tout un pan de la culture congolaise qui nous est révélée : son rapport à la mort et ses superstitions, bien-sûr, mais aussi, par extension, les injustices sociales, puisque la lutte opposant les pauvres aux nantis perdure jusque dans l’autre monde. Le cimetière dit "Des riches", à contrario du Frère-Lachaise, n’accueille que les privilégiés et les "morts dignes". Alain Mabanckou évoque aussi la corruption des élites, les abus d’influence des religieux, les injustices en tout genre… Le ton est parfois grinçant mais il y a paradoxalement beaucoup d’humour dans ce roman, des situations rocambolesques et des dialogues surréels dont on se régale.

Le Commerce des Allongés. Alain Mabanckou. Seuil, 304 p. (2022)


Commentaires

  1. Encore une chouette participation au mois africain. Il faut que je me décide à découvrir Alain Mabanckou !

    RépondreSupprimer
  2. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé son style d'écriture et la construction du roman

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme18.10.22

    J’ai souvent un peu de mal avec l’univers de cet auteur. Mais ce que tu dis de ce roman a tout pour me plaire. J’aime entrer dans la culture d’un pays avec une belle histoire romanesque. J’ai Petit piment dans ma Pile A Lire. Mais je note aussi celui-ci. Merci pour ta nouvelle participation

    RépondreSupprimer
  4. Je note "Petit piment" car je pense lire un autre livre de l'auteur

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

A la ligne. Joseph Ponthus

Sauvage. Jamey Bradbury

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory