L’anomalie. Hervé Le Tellier

L’anomalie. Hervé Le Tellier (Photo by Ivan Diaz on Unsplash)

A travers ce roman original, intelligent et souvent drôle, Hervé Le Tellier évoque les grandes questions existentielles de l’humanité. Certes, les hommes s’interrogent depuis la nuit des temps sur leur présence ici-bas. D’où venons-nous ? Quel est le but de notre présence sur terre ? Existe-t-il d’autres formes de vie dans l’Univers ? Sommes-nous seulement réels ? S’ajoute à cela une série de questions individuelles sur le sens que l’on souhaite donner à sa vie, ses priorités, etc.  Comment répondre à toutes ses interrogations ? Certains d’entre nous se tournent vers les sciences ou la philosophie, d’autres se réfugient dans la religion, voire la littérature ou le cinéma. Mais imaginons un instant qu’un fait divers révèle une sorte d’anomalie dans l’ordre naturel. Notre vision du monde n’en serait-elle pas bouleversée à jamais ?

Hervé Le Tellier a imaginé une faille dans la matrice. Bien-entendu, les Américains ont déjà envisagé l’inimaginable. Ils s’y sont même préparés.  C’est ainsi que deux très jeunes scientifiques aussi brillants que facétieux ont rédigé le protocole 42. Cette procédure doit s’appliquer en cas de situation inédite… sauf que nos logisticiens n’ont pas vraiment pris cette éventualité au sérieux. Aussi, lorsque les 143 passagers du vol A006 d’Air France Paris/New-York sont interceptés suite à une « anomalie », la grosse machine Etatsunienne est enclenchée. La sécurité intérieure, l’armée et le FBI sont sur le pont et applique le protocole avec une redoutable efficacité même si la situation semble tourner un peu au vaudeville. Dans le même temps, les autorités américaines réunissent des experts de tous horizons pour tenter de comprendre d’où vient l’erreur et ce qu’elle implique pour l’humanité. Une hypothèse est retenue. Pour autant, tout n’est pas réglé. 

Je dois dire qu’Hervé Le Tellier n’a pas usurpé son prix Goncourt. L’anomalie est une réussite et je me suis régalée de bout en bout. D’aucuns trouveront peut-être la présentation des différents personnages en première partie un peu longue. Il est vrai qu’on a hâte d’en venir aux faits mais la galerie de portraits est assez réussie pour qu’on prenne son mal en patience. Parmi eux, il y a même un écrivain qui pourrait être l’alter ego de l’auteur. Hervé Le Tellier pousse d’ailleurs le clin d’œil jusqu’à lui attribuer à son double un roman intitulé L’anomalie, récipiendaire de prix littéraires prestigieux. 


Extrait :  

«Il arrange le corps du mieux qu’il peut, selon l’hypothétique trajectoire que lui aurait imposée la gravité après une glissade tragique. Et là, quand il se relève, admirant son travail, une envie prodigieuse de pisser le saisit. Blake n’y aurait jamais pensé. Il faut dire que dans les films, l’assassin ne pisse pas. Le besoin est si pressant qu’il songe même à se soulager dans la cuvette, quitte à nettoyer à fond après. Mais si les flics se mettent à être un tant soit peu intelligents, ou simplement systématiques, à suivre méthodiquement la procédure, ils trouveront de l’ADN. Forcément. Enfin, c’est ce que se dit Blake. Alors, malgré sa vessie qui l’implore, il poursuit son plan en grimaçant sous le supplice.»


L’anomalie. Hervé Le Tellier. Folio, 416 p. (2022)


Commentaires

  1. J'ai lu ton billet en diagonale, ayant l'intention de le lire, sans doute bientôt... je suis sûre qu'il me plaira !

    RépondreSupprimer
  2. Tu peux foncer, c'est vraiment bien. Tu me diras après ce que tu en penses. Bonne lecture !

    RépondreSupprimer
  3. Un vrai gros plaisir de lecture, en effet!

    RépondreSupprimer
  4. Bien aimé, même si la première partie de présentation des personnages m'a effectivement semblé un peu longue.

    RépondreSupprimer
  5. Tout à fait d'accord avec toi.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Clara lit Proust. Stéphane Carlier

La petite bande. Vincent Jaury

Au vent mauvais. Kaouther Adimi