Histoires de fantômes du Japon. Hearn & Lacombe

Histoires de fantômes du Japon. Hearn & Lacombe


Lafcadio Hearn (1850-1904), alias Koizumi Yakumo est né Irlandais mais il a obtenu la nationalité japonaise en 1896 après son mariage avec la fille d’un samouraï. Je pourrais m’attarder sur sa biographie, qui est passionnante, mais je crains que l’exercice ne soit trop fastidieux. Sachant qu’il existe un excellent article de Koizumi Bon, l’arrière-petit-fils de l’écrivain, je préfère me concentrer sur l’objet de ce billet. 

Cette anthologie est le résultat d’un minutieux travail de collaboration entre les éditions Soleil et le dessinateur français Benjamin Lacombe. Ce premier volume compte une dizaine de textes sélectionnés parmi la multitude de Kaidan (littéralement « histoire de l'étrange, du mystérieux ») compilés par Lafcadio Hearn, au tournant des 19ème et 20ème siècles. Ces histoires, traduites de textes japonais anciens, sont sublimées par une série d’illustrations, inspirées des plus grands maîtres de l'ukiyo-e (j’y reviendrai plus tard). Une autre série de textes issus de l’œuvre de Lafcadio Hearn sont parus dans un second volet intitulé Esprits & Créatures du Japon (Soleil, 2020). L’œuvre originale de l’écrivain, Kwaidan ou Histoires et études de choses étranges, a été rééditée chez Mercure de France, il y a une vingtaine d’années. Il existe également une adaptation cinématographique de Masaki Kobayashi (Prix spécial du jury au festival de Cannes en 1965)


Histoires de fantômes du Japon. Hearn & Lacombe. P58-59


La plupart des histoires s’inscrivent dans la tradition bouddhique et sont imprégnées de la morale orientale. Les créatures surnaturelles qui sont évoquées dans ce recueil sont bien loin de l’imaginaire occidental. Plusieurs d’entre elles sont issues à la fois de la mythologie ou du folklore japonais et chinois, comme le Roi-dragon de la mer ou les baku dévoreurs de rêves. Les Rokurokubi, quant à eux, sont extrêmement dangereux. Le jour, ces monstres se présentent sous une apparence normale mais, à la faveur de la nuit, leurs têtes se détachent de leurs corps pour attraper les humains et boire leur sang. Certains fantômes sont plus attrayants que d’autres. Ainsi, cette belle princesse, morte depuis plusieurs siècles, qui attire en sa demeure un samouraï désargenté. Le jeune homme, séduit, accepte de l’épouser le soir même, sans être informé des conséquences sur sa vie. 


Histoires de fantômes du Japon. Hearn & Lacombe. P64-65


Ces histoires fantastiques sont sublimées par des planches dont le graphisme rend hommage à l’esthétisme de l'époque d'Edo. L’un des dessins dans Le songe d’un jour d’été n’est pas sans rappeler La Grande Vague de Kanagawa de Hokusai tandis qu’un croquis (pages 40-41) évoque Le rêve de la femme du pêcheur (dénoué de son caractère érotique). Dans Le gamin qui dessinait des chats, une illustration rappelle à la fois les estampes d’Utagawa Hiroshige et d’Utagawa Kuniyoshi. Pages 64 et 65, dans l’histoire du Mangeur de rêves, on reconnait aisément le Triptyque de Takiyasha la sorcière et le fantôme du squelette d'Utagawa Kuniyoshi. Toutes les thématiques récurrentes des artistes de l'ukiyo-e apparaissent ainsi au fil des pages : les bijin-ga (peintures de jolies femmes), les Kachō-ga (images d’oiseaux, de fleurs et d’insectes), les Meisho-e (vues célèbres) et bien-sûr les Kaidan avec moultes créatures fantomatiques et monstrueuses, squelettes rappelant notamment les œuvres de Kawanabe Kyōsai, ainsi que quelques têtes coupées à la manière de Sadahiro Gochôtei ou de Yoshitoshi Tsukioka. 

Cette anthologie, qui me semble très accessible au niveau des textes comme de l’esthétisme, devrait enchanter les néophytes comme les amoureux de la culture nippone. Elle est agrémentée d’une très belle reliure illustrée qui enjolivera votre bibliothèque. 


Hearn & Lacombe. Tomes 1 et 2


📝Si vous souhaitez creuser le thème, je vous propose de consulter ma bibliographie sélective consacrée aux Fantômes et Monstres dans la fiction japonaise.

💪Lecture dans le cadre du challenge Bonnes nouvelles 

📌Histoires de fantômes du Japon. Lafcadio Hearn (textes) & Benjamin Lacombe (illustrations). Editions Soleil, 208 pages (2019)


Commentaires

keisha a dit…
Heu pas trop mon centre d'intérêt, mais graphiquement c'est beau.
je lis je blogue a dit…
oui, je crois que ce livre s'adresse vraiment aux passionnés. Je me doutais qu'il n'emporterai pas un suffrage extraordinaire même si les textes sont plaisants à lire et les illustrations très réussies.
Electra a dit…
moi ça m'intéresse du coup je note ! j'ai passé presque tout le mois au Japon
Fanja a dit…
Je saute habituellement sur tout ce qui touche de près ou de loin au Japon, mais j'avoue que j'ai un peu plus de mal avec les histoires de fantômes. Là, quelle que soit la culture, ça me laisse un peu à distance. Les dessins de Lacombe sont en tout cas sublimes !
manou a dit…
Ce sont des sujets (monstres, fantômes...) qui m'intéressent beaucoup moins à présent que lorsque je travaillais avec des ados ou quand j'étais plus jeune...Je trouve cependant les couvertures superbes !
je lis je blogue a dit…
Tu as passé tout le mois au Japon ?! Quelle chance ! Je suis jalouse.
je lis je blogue a dit…
J'aime bien lire de temps en temps des histoires fantastiques mais j'avoue que je n'en lirai pas tous les jours. Les illustrations sont très belles et j'ai apprécié les références aux maîtres de l'estampe
je lis je blogue a dit…
Les goûts évoluent, c'est évident. Lorsque j'étais (plus) jeune, je m'abreuvais de films d'horreur asiatiques. Ce n'est plus du tout le cas.
Audrey a dit…
Il est dans ma PAL adorant les fantômes, le Japon et le travail de Benjamin Lacombe. Merci pour ton avis qui confirme que je vais apprécier ce beau livre.
je lis je blogue a dit…
Si tu aimes les fantômes, le Japon et le travail de Benjamin Lacombe, tu ne seras pas déçue. Tu as aussi le second tome ?
claudialucia a dit…
Quel beau livre ! Je l'ai offert à l'une de mes filles !
je lis je blogue a dit…
Il y a un second tome... je dis ça, je ne dis rien (une nouvelle idée de cadeau ?)

Posts les plus consultés de ce blog

Une saison pour les ombres. R.J. Ellory

Les Doigts coupés. Hannelore Cayre

Le bureau d'éclaircissement des destins. Gaëlle Nohant

Neuf vies. Peter Swanson

A la ligne. Joseph Ponthus